fév 26

Installation de PC-BSD 8.0

2010 | Catégorie : Informatique,Vie de Geek

Avant de commencer, un petit retour en arrière sur l’histoire de BSD est nécéssaire pour comprendre l’intérêt de la distribution PC-BSD par rapport à un système linux.

C’est en 1969 que les premières lignes de code d’UNICS (qui deviendra UNIX par la suite) ont été écrites par des étudiants de l’Université de Berkeley en Californie. Pour faire court ce fut le premier vrai système d’exploitation de l’histoire informatique (le DOS et Windows ne sont apparus que 15 ans plus tard). En 1978, suite a des problèmes de droits entre AT&T et l’université de Berkeley, UNIX fut totalement réécrit pour donner la première version de BSD (Berkeley Software Distribution). BSD avec sa version 4.3 en 1985 devint alors le meilleur système d’exploitation plus performant et portable que l’UNIX original. A l’époque les développeurs de Berkeley ne croyaient pas au développement de l’ordinateur personnel. Le prix d’une licence BSD coutait alors plusieurs millier de dollars et le nombre de copie (sur bande) n’excédait pas la dizaine de millier.

On peut dire que c’est sur cette erreur de stratégie que Micro Soft (à la demande d’IBM) s’est engouffré dans la brèche de l’ordinateur personnel avec son DOS (Dirty Operating Système) racheter pour une poignée de dollar à une petite firme de Seattle. L’histoire de l’informatique aurait pu (ou aurait dû) être différente, mais malheureusement ce n’est pas toujours les meilleures technologies qui le remportent. On voit bien aujourd’hui dans quel état désastreux se trouve l’informatique personnel au niveau de la sécurité (virus, spyware, phishing, gestion des droits etc…). Cela aurait pu être évité si les systèmes d’exploitations de Microsoft avaient été conçus dès le début avec plusieurs niveaux de sécurité. Windows 7 en natif n’a toujours pas de mot de passe obligatoire pour l’administrateur et les partitions NTFS en natif gèrent très mal les droits d’accès aux fichiers.

Depuis 1985 BSD est toujours resté plus ou moins en marge du marché grand public des systèmes d’exploitations. Pourtant certains autres systèmes d’exploitation s’en sont inspiré voire repris la base. (Linux en respectant les normes POSIX et Mac OS en reprenant BSD pour créer son noyau Darwin). Cet arbre généalogique des systèmes UNIX résume assez bien l’évolution des systèmes UNIX jusqu’à maintenant.

Il faut l’avouer jusqu’à aujourd’hui les utilisateurs de BSD ont toujours été des geeks vouant une dévotion envers le seul et unique système d’exploitation digne de ce nom (selon eux). D’ailleurs la communauté de BSD a une assez mauvaise réputation (souvent à tort) pour sa convivialité détestable et son agressivité envers les débutants. Il existe en réalité 3 branches de distribution BSD qui se revendiquent chacune d’être les puristes dans leur domaine. Tout d’abord FreeBSD, utilisée essentiellement pour des serveurs, puis NetBSD qui a la vocation d’être facilement portable sur n’importe quel matériel, et enfin OpenBSD dont le niveau de sécurité très élevé est le principal enjeu (Il est d’ailleurs souvent utilisé par les militaires pour leurs systèmes stratégiques). Cette attitude élitiste n’a vraiment pas aidé à faire sortir de l’ombre BSD au profit de GNU/Linux qui connaît depuis ces dernières années un assez bon succès.

C’est sur ce tableau un peu sombre de l’histoire de BSD, que PC-BSD tente de rendre ce système un peu plus attrayant et plus convivial en offrant une distribution basée sur FreeBSD plus accessible au commun des mortels. En fait on pourrait dire que PC-BSD est à FreeBSD ce Ubuntu est à Debian. L’objectif de cette distribution est d’offrir une installation automatisée de l’interface graphique KDE 4.3.5, ce qui n’est pas vraiment le cas de FreeBSD en natif. Espérons que ce soit la fin du purgatoire de BSD grâce à cette brillante initiative.

Donc je vous propose de faire un petit tour du propriétaire pour vous en faire une idée. A l’instar du manchot de Linux, BSD à pour mascotte un démon rouge avec 2 petites cornes sur la tête et un trident. Cela vient du fait que les systèmes Unix utilisent des daemons (petits programmes d’arrière plan).


démon BSD


Maintenant si je vous ai mis l’eau à la bouche passons à l’installation de PC-BSD 8.0.

Vous pouvez télécharger l’image ISO x86 sur FTP ici, si ce lien est mort allez voir le site officiel. Le lien bittorent est à privilégier si vous n’avez pas un très haut débit de téléchargement.

- Graver le DVD et lancer le DVD au boot.


Menu d'option de démarrage

- Choisir l’option « 3  » Live Mode

- Répondre « y » à la question « check integrity of installer archive? » patienter un moment pendant la vérification de l’intégrité des paquets (pour aller plus vite répondre « non » mais c’est déconseillé pour une installation fiable)


Sélection de la langue

- Choisir la langue, puis suivant.


Selection du clavier

- Choisir le clavier Français et none, puis suivant.


Option d'installation

- Laisser les sélections par défaut pour une nouvelle installation avec interface graphique, puis suivant.


/!\ Si vous testez sur virtualbox vous pouvez utiliser un partitionnement automatique.

Partitionnement

- Cocher « Définition automatique des partitions », « utiliser l’intégralité du disque » et « installer le chargeur de démarrage PC-BSD ». Puis suivant.


/!\ Pour une installation en dur le partitionnement automatique est déconseillé à cause du risque de perte de donnée. Donc un partitionnement manuel est fortement conseillé.

Partitionnement manuel

- L’idéal est de créer 4 partitions « / », « /var », « /usr » et « swap ». Pour la racine « / » 2Go minimum est nécessaire, pour « /var » un minimum de 8Go est exigé et le « swap » environ 2 fois la Ram avec un maximum de 2Go. Cocher « Installer le chargeur de démarrage PC-BSD » s’il y a plusieurs systèmes d’exploitations installer sur le PC. Puis suivant.

NB: Sur FreeBSD le répertoire /home se trouve dans /usr/home, mais pour garder la compatibilité entre linux et BSD il y a un lien /home qui redirige les programme vers /usr/home. C’est pour cela que le slice /usr est créer à la place de /home pour un système linux. Sur BSD les partitions s’appellent des slices (tranche en français).


Paramétrage des utilisateurs

- Entrer le mot de passe root. Créer tous les utilisateurs nécessaire (pour les utilisateurs de « bash » sous linux il est possible de personnaliser l’interpréteur de commande pour chaque utilisateur). Cocher « Utilisateur avec auto-login » si vous voulez passer automatiquement le login de KDM. Puis suivant.


Sélection du fuseau horaire

- Choisir le fuseau horaire « Europe/Paris ». Puis suivant.


Sélection des composants optionels

- Choisir les composants additionnels (Firefox, Opera, VLC, Thunderbird, Pidgin etc…). Puis suivant.


Vérification des paramètres d'installation

- Vérifier que tout est correcte dans le résumé. Puis suivant.


- Démarrer l’installation « Yes ». L’installation dure environ 45-50 minutes.


Installation en cours


Installation terminée

- Une fois l’installation terminée, redémarrer.


Splash screen


KDM splashscreen


Bureau


Dolphin et menu KDE

- Petit aperçu de PC-BSD avec une interface KDE 4.3.5 .


A l’utilisation mon impression est plutôt bonne par rapport aux précédents essais sur FreeBSD. L’installation de l’interface graphique est devenue aussi facile que pour une distribution linux grand public. Le seul petit bémol reste la traduction quasi en français inexistante des logiciels spécifique à BSD. Mais je pense que si cette distribution s’améliore encore pour les prochaines versions, la communauté de traducteur ne fera que grandir. Et enfin le site français www.pcbsd.fr et à votre disposition pour suivre l’évolution de PCBSD dans la langue de Molière. Bref enfin un BSD accessible et convivial, à essayer absolument.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Les commentaires sont désactivés.