Archives de la catégorie 'Vie de Geek'

Réparation de mon portable Packard Bell TN65

4 avril 2010 | Catégorie : Informatique,Vie de Geek

Mon PB TN65-M-007 FR m’a lâché sans prévenir il y a de ça une semaine, il ne s’allume plus du tout, et quand je met le cordon d’alimentation (qui lui fonctionne parfaitement bien, je l’ai vérifier avec un multimètre) je sens une légère tension sur la coque quand je passe la main dessus. La carte mère doit certainement faire masse quelque part au niveau de la gestion de l’alimentation.


Packard Bell TN65-M-007 FR


J’ai démontée entièrement le PC pour analyser la carte mère et je n’ai pas trouvé de composant cramé, tout semble correcte visuellement. J’ai testé tous les composants séparément et tout fonctionne (processeur, ram, HDD, lecteur CD, carte wifi, bluetooth…) il n’y a que la carte mère qui semble être défectueuse.

Si ce problème est dû à une soudure sèche la solution serait de repasser au fer à souder les soudures qui paraissent suspectes. Mais cela est fastidieux, et les composants sont extrêmement petits (moins d’1 mm).

Je suis aller sur youtube pour y voir différentes techniques de réparation, four, décapeur thermique, poste à dessouder à air pulser, fer à souder classique et même une bougie au white spirit.

Je dois dire que le four et la bougie me paraissent un peu sauvage et conviennent mieux à une carte graphique qu’à une carte mère entière. La technique du poste à dessouder à air pulser me paraît la plus précise et la plus efficace, mais le prix du matériel est exorbitant (parfois plus cher qu’un PC portable neuf). Je vais donc opter pour le décapeur en ciblant les zone du connecteur de l’alimentation et du connecteur de la batterie. J’ai passé commande pour un décapeur Black & Decker d’occaston, j’attends de le recevoir et je vous communiquerai le résultat.

Le principe étant de faire redevenir liquide l’étain pendant un instant, sans trop chauffer les composants. Cette technique est surtout utilisée pour réparer les soudures des puces de cartes graphiques, mais il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas pour des composants moins complexes. La précaution à prendre est de recouvrir de papier aluminium les zones sensibles de la cartes pour éviter de faire fondre le plastique. Je ferai une petite vidéo de la manipulation pour expliquer mon approche.


Je tiens aussi à dire c’est que c’est la dernière fois que j’achèterai un Packard Bell, l’apparence et les performances sont assez bons dans l’ensemble, mais la fiabilité est franchement à revoir. Comment un PC portable peut-il avoir une carte mère HS en à peine 2 ans pour une utilisation occasionnelle?! Mon second portable Asus F3M qui a plus de 3 ans que je ne ménage pas, tourne 20/24H et n’a pour l’instant montrer aucun signe de faiblesse.

Qui plus est, Packard Bell a une façon bizarre d’assembler ses PC portable, le TN65 a sa carte mère la tête en bas sans ouverture au dos du PC pour la maintenance de routine (nettoyage des ventilateurs et radiateurs, changement de la pile CR2032 etc…), ce qui oblige à tout démonter entièrement. (ce que je n’ai pas fait pendant 2 ans afin de garder la garantie). 2 ans et un mois après l’avoir acheté, VLAN!!! carte mère HS, je me demande si ce n’est pas programmé par le constructeur.

Et enfin cerise sur le gâteau, contrairement à IBM ou Dell, Packard Bell ne fournit pas de pièces détachées donc le seul moyen est de rechercher des pièces d’occasions ou des PC HS pour trouver les pièces.

Donc si vous devez acheter un PC portable, Packard Bell est à éviter absolument. Le top du top pour les services après vente c’est quand même IBM avec ses thinkpad, et dans une moindre mesure Dell, il est possible en négociant un petit peu de se procurer une grande partie des pièces de rechange.

Voili je vous tiendrai au courant de ma réussite (je croise les doigts).

[edit:]Bon… je viens de faire un essai avec le décapeur thermique, et ça n’a pas vraiment fonctionné. Je vais peut-être essayer de mettre la carte mère dans le four 9 minutes thermostat 220°C (la température de fusion de l’étain est de 210°C). Perdu pour perdu autant essayer.[/edit]

Mithrandir79

13 commentaires

Démarrer et éteindre un PC à distance

8 mars 2010 | Catégorie : Informatique,Linux,Vie de Geek

Il s’agit ici d’exploiter une fonction « wake on lan » disponible sur la plus grande partie des cartes mères de PC. Le principe est envoyer un paquet « magique » via un port ethernet qui réveillera le PC. Cette méthode demande de petite connaissance en ligne de commande, mais rien d’insurmontable même pour un débutant.

NB: Je vois déjà poindre la question « est-ce que c’est possible de faire la même chose avec une carte WiFi ? » Eh bien la réponse et non si vous utilisez une clef ou un dongle USB WiFi, et je ne pense pas avec les carte PCI, PCI-express, PCMCIA et card-express WiFi. Car il faut que la carte reste à l’écoute du paquet « magique » et à ma connaissance les cartes WiFi sont inactives lorsque le PC est éteint.


Les pré-requis :

    - Posséder une carte mère et une carte réseau compatible Wake On Lan (WoL). Quasiment toutes les cartes conçues après 1996 sont compatibles. Cependant les cartes mères ayant une version de slot PCI inférieure à 2.2 doivent utiliser un connecteur « Wakeup-link » pour être raccordées à une carte réseau.
    - Il faut relever les adresses MAC des cartes réseaux des PC à réveiller.
    - Avoir les droits administrateur pour les systèmes linux.
    - Avoir un réseau local bien protégé contre les intrusions extérieures. Sinon vous risquez d’avoir des démarrages intempestifs dû à des bots malveillants.


Activer la fonction wake on lan dans le bios :

/!\ Toutes manipulations dans le bios présente un risque, ne touchez seulement que les réglages dont vous êtes sûr.

Cette fonction peut porter plusieurs nom selon les bios et les marques de cartes mères. La plupart du temps la fonction WoL se trouve dans la partie gestion d’énergie « Power Management ». On peut trouver les dénominations « WoL » « Wake on Lan » « Wake on PCI » etc… Réferrez-vous à la documentation de votre carte mère.

Certain PC portable, notamment ceux de la marque Acer, offre un Bios plutôt succinct ne proposant pas de débloquer cette fonction. Essayer de passer à la dernière version du bios on ne sait jamais. Sinon votre aventure s’arrête ici.


Définir un login automatique pour Ubuntu et conseil pour Windows XP :

Le but étant de chaîner le démarrage pour arriver sur le bureau de l’utilisateur. Cela peut servir s’il on désir accéder à l’ordinateur distant avec VNC par exemple. Si le démarrage reste bloqué sur le login ou GDM, VNC ne pourra pas se lancer correctement.

    - Ubuntu : L’idéal est de créer une session invité avec le minimum de droit possible. Pour cela aller dans Système>Administration>Utilisateurs et Groupes, authentifiez vous en tant que root, ajouter un utilisateur créer le compte invité et décocher les options de l’onglet Privilèges utilisateur. Le mot de passe root vous sera demandé pour toutes ces opérations décocher. Ensuite pour chaîner le démarrage aller dans Système>Administration>Fenêtre de connexion, authentifiez vous en tant que root, cocher Se connecter automatiquement en tant que choisir le compte invité et enfin cochez la case Attendre pour permettre à un utilisateur de se connecter avant le compte invité.
    - Windows XP : Par défaut Windows XP (Eh oui je n’ai pas de licence pour vista et Seven mais le principe reste le même) se connecte automatiquement s’il n’y a qu’un seul compte utilisateur. Qui plus est ce compte est toujours un compte administrateur, les risques sont très grand si une personne tente de s’introduire sur ce PC. Donc il est indispensable de créer un compte invité sans mot de passe et d’imposer un mot de passe au compte administrateur. Ensuite on utilisera TweakUI pour chaîner la connexion sur le compte invité (n’ayant pas de système windows XP sous la main je ne peux pas être plus précis).


Empêcher à l’extinction du PC que la carte réseau ne soit désactivée :

A ma connaissance les windows XP, Vista et Seven ne désactivent pas les cartes réseaux lorsque le PC est éteint. On peut le vérifier simplement en regardant si les led de la carte réseau restent allumé lorsque le PC est éteint.

Sur Ubuntu Hardy, Intrepid, Jaunty et Karmic (je n’ai pas essayé cette fonction sur les versions antérieures à Hardy) les cartes sont désactivées par défaut pour une raison de sécurité semble-t-il. Il faut donc la réactiver à chaque redémarrage. La solution est simple et la voici. Taper dans un terminal :

    sudo ifconfig

Repérer le nom « ethx » (la plupart du temps eth0) de la connexion réseau active (celle qui possède une adresse IP). Vous pouvez zn même temps relever son adresse Mac son la forme FF:FF:FF:FF:FF:FF . (chaque carte réseau a sa propre adresse MAC)

    sudo ethtool eth0

« eth0″ étant un exemple. Repérer la ligne « Wake-on: d » qui signifie que le WoL est désactivé.

Activer le WoL en tapant :

    sudo ethtool -s eth0 wol g
    sudo ethtool eth0

La ligne sera passer à « Wake-on: g » ce qui indique que le WoL est activé sur la carte réseau.

Une fois que ceci est vérifié il faut qu’à chaque redémarrage du PC que la carte réseau soit réactivée. Il faut éditer le fichier « rc.local » cela taper dans un terminal :

    sudo gedit /etc/rc.local

Pour faire simple ce fichier lance des lignes de commande au démarrage du système. La ligne de code suivante devra être placée juste avant la ligne « exit 0 » :

    ethtool -s eth0 wol g

Enregistrer et fermer Gedit. Cette ligne n’a pas besoin de « sudo » puisque ce fichier est exécuté en root.

Voilà votre PC sera à l’écoute du paquet « magique » qui le réveillera. Maintenant passons au PC qui pourra réveiller le dormeur.


Envoyer un paquet « magique » vers un PC endormi :

Le terme paquet « magique » est celui employé dans la documentation concernant le WoL. Bien que je n’aime pas ce terme (car il n’y a rien de magique en informatique) je l’utilise quand même pour me conformer au jargon.

Sur ubuntu il existe dans les dépôts un logiciel permettant d’envoyer le paquet « magique » grâce à l’adresse MAC du PC endormi. Pour l’installer taper dans un terminal :

    sudo apt-get -y install wakeonlan

Pour envoyer le paquet « magique » taper dans un terminal :

    wakeonlan FF:FF:FF:FF:FF:FF

Si tout se passe bien votre PC endormi doit se réveiller.

Note: Sur la dizaine de PC où j’utilise le WoL, une seule carte mère m’a posée des problèmes. C’est une Asus A8N5X avec un chipset nForce4 où la commande pour activer le réveil est assez particulière. Si l’adresse MAC du réseau est comme suit 00:AB:34:FE:67:CD par exemple il s’agira de taper l’inverse de l’adresse dans la ligne de commande ce qui donne « wakeonlan CD:67:FE:34:AB:00″ allez savoir pourquoi!! Apparemment cela ne concerne que les cartes mère avec le chipset nForce4. Plusieurs rapport de bug traîne depuis 3 ou 4 ans à ce sujet chez nVidia, debian et launchpad mais tous restent au point mort.

Sur Windows il existe un logiciel gratuit Wake on Lan assez efficace et simple d’emploi.

Sachez qu’il est possible d’envoyer un paquet magique via internet, mais avec certaines conditions qui peuvent remettre en cause la sécurité de votre réseau. Il faut ouvrir les ports 0, 7 ou 9 (selon les cartes réseau) de votre modem-routeur. Les paquets magiques envoyés doivent être encapsuler en UDP pour passer à travers le NAT du modem-routeur. Le PC endormi doit avoir une adresse IP fixe associé à sont adresse MAC car le réveil doit se faire par l’adresse IP et non par l’adresse MAC. Pour plus de précision voir ici en fin de page (je ne l’ai pas testé).


Comment arrêter un PC distant :

L’utilisation d’un tunnel SSH est une des méthodes les plus simple pour envoyer un « halt » dans un terminal du PC distant. Mais personnellement je préfère utiliser l’excellent Webmin qui dispose d’une grande diversité d’outil d’administration d’un système linux à distance grâce à une interface graphique via un navigateur internet (firefox de préférence). Webmin doit être installé sur le PC distant (à éteindre).

Ajouter le dépôt de webmin dans votre sources.list en tapant dans un terminal pour l’éditer :

    sudo gedit /etc/apt/sources.list

Ajouter à la fin du fichier cette ligne :

    deb http://download.webmin.com/download/repository sarge contrib

C’est un dépôt pour debian mais cela fonction très bien sur ubuntu.

Enregistrer et fermer le fichier. Puis valider la clef gpg du dépôt en tapant dans un terminal :

    wget http://www.webmin.com/jcameron-key.asc
    sudo apt-key add jcameron-key.asc
    sudo apt-get update

Pour installer webmin taper dans un terminal :

    sudo apt-get -y install webmin

Webmin est maintenant installé sur le PC que vous voulez éteindre à distance. Pour utiliser webmin sur le PC directement il suffit de taper dans la barre d’adresse de Firefox :

    https://127.0.0.1:10000 ou bien https://localhost:10000


Pour une connexion distante on peut taper dans la barre d’adresse de firefox de n’importe quel autre ordinateur du réseau :

    https://192.168.1.XXX:10000

192.168.1.XXX étant une adresse IP fixe au PC distant. Mais il possible de définir une adresse relative avec le nom du PC (pour les réseaux en DHCP) comme suit :

    https://nomdupc.local:10000

Le login et le mot de passe sont ceux utilisés par l’utilisateur du poste distant.

Une fois connecté, aller sur Others>Command Shell, puis taper « halt » et enfin appuyer sur le bouton Execute command: le PC distant s’éteindra en quelques secondes. Webmin permet de faire beaucoup plus de chose, mais ce n’est pas ici l’objet de cet article. J’aurai certainement l’occasion d’y revenir dans un autre article et m’attarder plus longuement sur ce logiciel.

Il y a une autre solution un peu plus lourde qui consiste à lancer une connexion sur le bureau à distance. Le paramétrage est assez simple mais il faut un bon débit sur le réseaux pour le transfert de la vidéo du bureau (100Mb/s soit 12Mo/s). L’activation de l’accès au Bureau à distance se fait dans « Système>Préférence>Bureaux à distance » là l’interface est assez explicite. Ensuite pour visionner le Bureau à distance aller dans « Applications>Internet>Visionneur de Bureaux à distance ».

Sur windows il doit certainement avoir un moyen d’éteindre le PC à distance, (VNC, ou en SSH avec Putty) mais j’avoue ne pas avoir creusé la question plus que ça. Cela fait bientôt 6 ans que j’ai abandonné Windows que je connaissais comme le fond de poche à l’époque. Mais aujourd’hui je n’ai plus vraiment la patience de suivre les évolutions des nouveaux opus Vista et encore moins Seven. Donc si vous avez des sotutions pour windows n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça.

Une petite dernière précision, lorsqu’on éteint les PC avec l’interrupteur à l’arrière de l’alimentation ou quand une panne de courant survient, quasiment toutes les cartes mères ne réactivent pas d’elle même la carte réseau lorsque le courant revient. Il est alors nécessaire de démarrer une fois manuellement les PC pour réactiver les cartes réseaux. Une autre solution consisterait à configurer dans le BIOS la position ON après une coupure de courant cela aura pour effet de rallumer tous les ordinateurs quand le courant revient.

Et enfin je finirai par une mise en garde, si vous disposez d’un parc de 30 PC à démarrer en même temps par script, échelonnez les démarrages 2 par 2 avec un interval de 10 secondes. Cela évite un pic élevé de consommation qui serait perçu par l’installation électrique comme un court-circuit et donc le déclenchement du différentiel. (J’en ai eu l’expérience en démarrant mes 5 PC simultanément chez moi ^^; )

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Installation de PC-BSD 8.0

26 février 2010 | Catégorie : Informatique,Vie de Geek

Avant de commencer, un petit retour en arrière sur l’histoire de BSD est nécéssaire pour comprendre l’intérêt de la distribution PC-BSD par rapport à un système linux.

C’est en 1969 que les premières lignes de code d’UNICS (qui deviendra UNIX par la suite) ont été écrites par des étudiants de l’Université de Berkeley en Californie. Pour faire court ce fut le premier vrai système d’exploitation de l’histoire informatique (le DOS et Windows ne sont apparus que 15 ans plus tard). En 1978, suite a des problèmes de droits entre AT&T et l’université de Berkeley, UNIX fut totalement réécrit pour donner la première version de BSD (Berkeley Software Distribution). BSD avec sa version 4.3 en 1985 devint alors le meilleur système d’exploitation plus performant et portable que l’UNIX original. A l’époque les développeurs de Berkeley ne croyaient pas au développement de l’ordinateur personnel. Le prix d’une licence BSD coutait alors plusieurs millier de dollars et le nombre de copie (sur bande) n’excédait pas la dizaine de millier.

On peut dire que c’est sur cette erreur de stratégie que Micro Soft (à la demande d’IBM) s’est engouffré dans la brèche de l’ordinateur personnel avec son DOS (Dirty Operating Système) racheter pour une poignée de dollar à une petite firme de Seattle. L’histoire de l’informatique aurait pu (ou aurait dû) être différente, mais malheureusement ce n’est pas toujours les meilleures technologies qui le remportent. On voit bien aujourd’hui dans quel état désastreux se trouve l’informatique personnel au niveau de la sécurité (virus, spyware, phishing, gestion des droits etc…). Cela aurait pu être évité si les systèmes d’exploitations de Microsoft avaient été conçus dès le début avec plusieurs niveaux de sécurité. Windows 7 en natif n’a toujours pas de mot de passe obligatoire pour l’administrateur et les partitions NTFS en natif gèrent très mal les droits d’accès aux fichiers.

Depuis 1985 BSD est toujours resté plus ou moins en marge du marché grand public des systèmes d’exploitations. Pourtant certains autres systèmes d’exploitation s’en sont inspiré voire repris la base. (Linux en respectant les normes POSIX et Mac OS en reprenant BSD pour créer son noyau Darwin). Cet arbre généalogique des systèmes UNIX résume assez bien l’évolution des systèmes UNIX jusqu’à maintenant.

Il faut l’avouer jusqu’à aujourd’hui les utilisateurs de BSD ont toujours été des geeks vouant une dévotion envers le seul et unique système d’exploitation digne de ce nom (selon eux). D’ailleurs la communauté de BSD a une assez mauvaise réputation (souvent à tort) pour sa convivialité détestable et son agressivité envers les débutants. Il existe en réalité 3 branches de distribution BSD qui se revendiquent chacune d’être les puristes dans leur domaine. Tout d’abord FreeBSD, utilisée essentiellement pour des serveurs, puis NetBSD qui a la vocation d’être facilement portable sur n’importe quel matériel, et enfin OpenBSD dont le niveau de sécurité très élevé est le principal enjeu (Il est d’ailleurs souvent utilisé par les militaires pour leurs systèmes stratégiques). Cette attitude élitiste n’a vraiment pas aidé à faire sortir de l’ombre BSD au profit de GNU/Linux qui connaît depuis ces dernières années un assez bon succès.

C’est sur ce tableau un peu sombre de l’histoire de BSD, que PC-BSD tente de rendre ce système un peu plus attrayant et plus convivial en offrant une distribution basée sur FreeBSD plus accessible au commun des mortels. En fait on pourrait dire que PC-BSD est à FreeBSD ce Ubuntu est à Debian. L’objectif de cette distribution est d’offrir une installation automatisée de l’interface graphique KDE 4.3.5, ce qui n’est pas vraiment le cas de FreeBSD en natif. Espérons que ce soit la fin du purgatoire de BSD grâce à cette brillante initiative.

Donc je vous propose de faire un petit tour du propriétaire pour vous en faire une idée. A l’instar du manchot de Linux, BSD à pour mascotte un démon rouge avec 2 petites cornes sur la tête et un trident. Cela vient du fait que les systèmes Unix utilisent des daemons (petits programmes d’arrière plan).


démon BSD


Maintenant si je vous ai mis l’eau à la bouche passons à l’installation de PC-BSD 8.0.

Vous pouvez télécharger l’image ISO x86 sur FTP ici, si ce lien est mort allez voir le site officiel. Le lien bittorent est à privilégier si vous n’avez pas un très haut débit de téléchargement.

- Graver le DVD et lancer le DVD au boot.


Menu d'option de démarrage

- Choisir l’option « 3  » Live Mode

- Répondre « y » à la question « check integrity of installer archive? » patienter un moment pendant la vérification de l’intégrité des paquets (pour aller plus vite répondre « non » mais c’est déconseillé pour une installation fiable)


Sélection de la langue

- Choisir la langue, puis suivant.


Selection du clavier

- Choisir le clavier Français et none, puis suivant.


Option d'installation

- Laisser les sélections par défaut pour une nouvelle installation avec interface graphique, puis suivant.


/!\ Si vous testez sur virtualbox vous pouvez utiliser un partitionnement automatique.

Partitionnement

- Cocher « Définition automatique des partitions », « utiliser l’intégralité du disque » et « installer le chargeur de démarrage PC-BSD ». Puis suivant.


/!\ Pour une installation en dur le partitionnement automatique est déconseillé à cause du risque de perte de donnée. Donc un partitionnement manuel est fortement conseillé.

Partitionnement manuel

- L’idéal est de créer 4 partitions « / », « /var », « /usr » et « swap ». Pour la racine « / » 2Go minimum est nécessaire, pour « /var » un minimum de 8Go est exigé et le « swap » environ 2 fois la Ram avec un maximum de 2Go. Cocher « Installer le chargeur de démarrage PC-BSD » s’il y a plusieurs systèmes d’exploitations installer sur le PC. Puis suivant.

NB: Sur FreeBSD le répertoire /home se trouve dans /usr/home, mais pour garder la compatibilité entre linux et BSD il y a un lien /home qui redirige les programme vers /usr/home. C’est pour cela que le slice /usr est créer à la place de /home pour un système linux. Sur BSD les partitions s’appellent des slices (tranche en français).


Paramétrage des utilisateurs

- Entrer le mot de passe root. Créer tous les utilisateurs nécessaire (pour les utilisateurs de « bash » sous linux il est possible de personnaliser l’interpréteur de commande pour chaque utilisateur). Cocher « Utilisateur avec auto-login » si vous voulez passer automatiquement le login de KDM. Puis suivant.


Sélection du fuseau horaire

- Choisir le fuseau horaire « Europe/Paris ». Puis suivant.


Sélection des composants optionels

- Choisir les composants additionnels (Firefox, Opera, VLC, Thunderbird, Pidgin etc…). Puis suivant.


Vérification des paramètres d'installation

- Vérifier que tout est correcte dans le résumé. Puis suivant.


- Démarrer l’installation « Yes ». L’installation dure environ 45-50 minutes.


Installation en cours


Installation terminée

- Une fois l’installation terminée, redémarrer.


Splash screen


KDM splashscreen


Bureau


Dolphin et menu KDE

- Petit aperçu de PC-BSD avec une interface KDE 4.3.5 .


A l’utilisation mon impression est plutôt bonne par rapport aux précédents essais sur FreeBSD. L’installation de l’interface graphique est devenue aussi facile que pour une distribution linux grand public. Le seul petit bémol reste la traduction quasi en français inexistante des logiciels spécifique à BSD. Mais je pense que si cette distribution s’améliore encore pour les prochaines versions, la communauté de traducteur ne fera que grandir. Et enfin le site français www.pcbsd.fr et à votre disposition pour suivre l’évolution de PCBSD dans la langue de Molière. Bref enfin un BSD accessible et convivial, à essayer absolument.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

L’homme est-il une machine ?

16 février 2010 | Catégorie : Vie de Geek

Je me suis amusé dernièrement à comparer le fonctionnement des mécanismes de la vie avec celui des mécanismes informatiques d’aujourd’hui. Etant biologiste de formation et passionné d’informatique la chose était trop tentante pour que je n’en fasse pas part à d’autre dans cette article. N’en déplaise à Descartes je mets ici l’Homme au même rang que le reste des êtres vivants (Animaux, végetaux, microorganisme et archéobactérie). Car le princpe est assez identique pour tous les êtres vivants.

Spécifications techniques d’un être vivant

Commençons d’abord par un modèle simple une bactérie par exemple. Ensuite nous verrons un cas plus complexe l’Homme (plus complexe ne signifie pas plus évolué). Puis juste la comparaison je ferais la description d’un PC.

1- Un microorganisme unicellulaire :

    - Système Quaternaire 3 bits (Information stockée par 4 bases et codée en séquence de 3 bases).
    - Stockage de la mémoire morte sur ADN.
    - Stockage de la mémoire vive sur ARN.
    - Traitement des données ARN par des processeurs décentralisés (ribosomes).
    - Les enzymes sont des processus autonomes du système d’exploitation du microorganisme.
    - Les entrées sorties (I/O) se font chimiquement par la membrane cytoplasmique.
    - Alimentation énergétique est faite de Glucose+Dioxygène principalement.

Par analogie à l’informatique les bactéries représenteraient une busybox (programme minimaliste contenu dans énormément d’appareil électronique: cafetière, routeur, TV, réfrégirateur etc…). Leurs fonctionnements est simple et minimaliste. La bactérie est une unité autonome. L’évolution de leur programme source (ADN) se fait aléatoirement par mutation et la reproduction du programme se fait par division cellulaire. Les bactéries peuvent acquérir des plugins d’extension grâce à des plasmides.

2- L’Homme ou un mammifère :

    - Système Quaternaire 3 bits (Information stockée par 4 bases et codée en séquence de 3 bases).
    - Stockage de la mémoire morte sur ADN.
    - Stockage de la mémoire vive sur ARN.
    - Traitement des données ARN par des processeurs décentralisés (ribosomes).
    - Les enzymes sont des processus autonomes du système d’exploitation de la cellule.
    - Les entrées sorties (I/O) se font chimiquement par l’interface de la membrane cytoplasmique au niveau cellulaire.
    - Alimentation Glucose+Dioxygène et/ou Lipide+Dioxygène.

Jusque là il n’y a pas de grosses différences avec les bactéries.

    - Système en cluster (multicellulaire) et échange d’information par protocole nerveux ou hormonale sur un principe client/serveur.
    - Réseau cellulaire hétérogène par différenciation de chaque cellule.(chaque cellule modifie son OS pour ses besoins spécifique)
    - Fonctions « extra-réseau cellulaire » (internet) échange d’information avec d’autres réseaux cellulaires (d’autres humains) par les interfaces I/O Bouche, Oreilles, Nez, Yeux et Peau.
    - Le cerveau est alors une unité de traitement en cluster des données reçues et transmises par les fonctions « extra-réseau cellulaire ».
    - Les armatures osseuses et les moteurs musculaires sont contrôlés par un protocole de transmssion nerveuse autonome ou volontaire.
    - Le système doit être rebooter tous les 24h avec une période d’indisponibilité d’environ 8 heures pour des maintenances journalières.

Les animaux ont un fonctionnement très complexe au niveau cognitif basé sur des algorythmes adaptatifs formant un réseau neuronal cohérent. Ils sont doté d’un système de sécurité (immunitaire) très performant, avec des anti-virus (anti-corps) avec auto-apprentissage.

3- L’ordinateur PC :

    - Système Binaire 32/64 bits (Information stockée par des 0 et des 1 et codée en séquence de 32 ou 64 bit).
    - Stockage de la mémoire morte Disque dur ou EEPROM.
    - Stockage de la mémoire vive sur RAM.
    - Traitement des données RAM par des processeurs centralisés (UC).
    - Les processus du système d’exploitation gère le temps processeur chacun leur tour (temps partagé).
    - Les entrées sorties (I/O) se font par les interfaces Clavier, Souris, Ecrans, Imprimante etc…
    - Alimentation de base 5V/12V courant continu.

Alors l’Homme est-il une machine ? La réponse est de plus en plus évidente à mesure que la science découvre les mécanismes biochimiques des organismes vivants. Associez cela aux avancées significatives dans le domaine des nanotechnologies vous aurez un bientôt un parallèle qui sera difficile à dissocier entre l’organique et le non-organique. Je suis sûr que Decartes aurait apprécié ce parallèle s’il était toujours parmi nous, à ceci près que pour lui seuls les animaux étaient des machines, l’homme ayant un status particulier. Aujourd’hui la science apporte énormément de preuve du peu de différence entre l’homme et l’animal.

Je vous conseil un petit documentaire bien sympas, « Espèce d’espèce » qui remet à plat l’anthropocentrisme latent des anciennes théories de l’évolution. (le lien nécessite l’utilisation de Oneswarm). Ce documentaire peut être utilisé librement dans le cadre éducatif. Il est aussi disponible en DVD ici pour 19€ avec des bonus supplémentatires.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Mise à jour de la page « FAQ »

30 janvier 2010 | Catégorie : Vie de Geek

La page FAQ, qui jusque là était en construction, a été mise jour. En effet j’ai dû attendre de glaner quelques questions de ci de là pour commencer à la rédiger. D’ailleurs je remercie Gloria qui m’a fournie presque la moitié des questions de la FAQ.

Si d’autres personnes ont des questions du même ordre n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail ici.

Princesse Irulan

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Recevoir l’IP d’un PC distant par mail

22 janvier 2010 | Catégorie : Informatique,Vie de Geek

Voici un modeste tuto pour créer un script d’envoi d’email automatique afin de connaître l’adresse IP d’un PC distant. Cela permet d’utiliser par exemple VNC pour accéder au PC de sa maison sans avoir de dyndns. Ce tuto est destiné au utilisateur de Debian ou Ubuntu. Sinon passez en mode root lorsque « sudo » est indiquer dans les commandes.

1- Installation Postfix, curl et sendmail :

Postfix est un serveur SMTP sa fonction est d’envoyer le mail sur le net.



sudo apt-get install postfix procmail sasl2-bin

La configuration de postfix :

Ok>Site Internet>Ok>Ok> »nom du serveur mail par défaut le nom du PC »>Ok

Rem: Postfix sera désinstallé lors de l’installation de sendmail, c’est une petite bidouille pour configurer plus rapidement le compte mail root.

Curl permet d’afficher dans un terminal le code source d’une page internet. Et Sendmail permet d’envoyer des emails à partir d’un terminal.

Ensuite on créer un lien entre la commande mail du script avec l’exécution de Sendmail.



sudo apt-get install sendmail curl
sudo ln -s /usr/sbin/sendmail /bin/mail

2- Script « autoIP.sh » :

Nano est un éditeur de texte qui fonctionne dans un terminal. (Il est beaucoup plus simple d’utilisation que Vim.)



nano autoIP.sh

Copier coller le script ci-dessous en modifiant l’adresse mail de destination. Ou recopier le à la main.



#! /bin/sh
curl http://www.mon-ip.com/ \
| grep -Eo '[0-9]{1,3}(\.[0-9]{1,3}){3}' \
| mail xxxxxxxxxxxx@wanadoo.fr

Pour sortir et sauvegarder un fichier dans nano « Ctrl+x » et répondre « O » (2x)

REM: explication du script

    « #! /bin/sh » Permet de savoir quel est la nature du code a exécuter et de le lancer avec le programme approprié.
    « curl http://www.mon-ip.com » curl va chercher le code source de la page internet qui contient votre adresse IP dynamique que votre FAI vous a attribué pour 24h.
    « \ » l’antislash permet d’écrire une commande sur plusieurs ligne rendant plus lisible le code au programmeur.
    « | » le pipe (qui se dit « paillepe ») permet de transférer le résultat de sortie d’une commande vers l’entrée d’une autre commande. Ici Curl envoie le code source à grep pour qu’il puisse l’analyser.
    « grep » est un programme de tri qui permet d’isoler certaines itérations
    « [0-9]{1,3}(\.[0-9]{1,3}){3} » définie le masque des données recherchées. Littéralement « [0-9] » comporte des chiffres de 0 à 9 « {1,3} » contient de 1 à 3 chiffres. La suite est identique sauf qu’on ajoute un séparateur « . » qu’on multiplie par 3. Cela donne un masque IP suivant XXX.XXX.XXX.XXX où X est un chiffre entre 0 et 9.
    « mail xxxxxxxxxx@wanadoo.fr » envoie le résultat obtenu par grep à une adresse mail definie.

3- Rendre executable le script :

Sur linux pour qu’un script puisse être exécuter il doit avoir les droits d’exécutions.



sudo chmod +x ./autoIP.sh

4- Configurer cron (/!\ pour utilisateur expérimenté) :

Cron permet de programmer le déclenchement de logiciel périodiquement ou ponctuellement de façon automatique.



sudo nano /etc/crontab

Ajouter vos programmations à la suite des lignes déjà existante. En sachant que les données sont à écrire dans cette ordre « minute heure jours mois jour_de_la semaine utilisateur commande » le tout à chaque fois séparer par un espace et une astérisque quand l’option n’est pas utilisée.

Exemple de programmation pour une exécution 4 fois par jours tous les jours (00h00 6h00 12h00 18h00)



0 0 * * * root /home/user/autoIP.sh
0 6 * * * root /home/user/autoIP.sh
0 12 * * * root /home/user/autoIP.sh
0 18 * * * root /home/user/autoIP.sh

Pour quitter et sauvegarder dans nano « Ctrl+x » et « o »

Pour plus de précision visiter cette page (elle n’est pas toute récente mais elle a le mérite d’être en français et simple à comprendre).

5- Installer et configurer gnome-schedule version GUI de cron (pour utilisateur utilisant gnome):



sudo apt-get install gnome-schedule

Ajouter dans le menu un raccourci en mode root



gksu /usr/bin/gnome-schedule

Programmer dans gnome-schedule l’exécution du script à interval régulier (toutes les 6 heures c’est un bon compromis). Commande à utiliser pour lancer le script :



sh /home/user/autoIP.sh

Attention pour les tâches planifié ne nécessitant pas des droits administrateur, exécuter gnome-schedule sans « gksu ».

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Calendrier de l’avent Netophonix

18 décembre 2009 | Catégorie : Vie de Geek

Le papa noyel netophonix revient avec un nouveau calendrier de l’avent sonore. Derrière chaque petite porte une mini séquence mp3 souvent hilarante, et souvent très débile, mais on aime ça. C’est à déguster sans modération.

Calendrier de l’avent 2009

Si ces petits amuse-gueules vous ont mis en appétit, vous pouvez faire un tour sur le site netophonix vous y trouverez quasiment toutes les saga mp3 français. Les plus célèbres d’entre elles:

Joyeux Noyel à tous mes lecteurs ^^.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Activer le port USB d’une TV LG LCD 32LH2000

12 novembre 2009 | Catégorie : Informatique,Vie de Geek

De nombreuse TV LCD sont vendues avec un port USB dit de « service ». Ce port est théoriquement utilisé pour des interventions de diagnostique et de maintenance par les technicien après-vente. Or des commerciaux mal informés voire même malhonnête affirme qu’on peut utiliser ce port USB pour lire des films divx ou pour visionner des photos au format jpg. Beaucoup d’utilisateurs se sont aperçus finalement que ce port ne fonctionnait pas à la réception de leur TV.

Après un fouinage sur le net, je me suis aperçu que les TV LG de type LH possède tout ce qu’il faut pour lire les divx et les photos, mais que cette fonction est désactivée par défaut!!!. Là je me dis pourquoi prévoir l’implémentation de ses fonctions si c’est pour les désactivés ? D’autant que l’argument commercial en fait état.

L’activation du port usb se fait uniquement par le menu service inaccessible par l’utilisateur moyen. Il existe un pourtant un moyen d’y accéder si vous possédez le firmware 3.15, cela ne fonctionne pas avec les firmware 3.24, 3.37 ou 3.40 donc je propose de downgrader pour ces trois versions. (Par contre ceux qui ont un firmware supérieure à 3.40 la solution que je propose présente un risque de plantage lors du downgrade allez voir ce commentaire) Pour vérifier la version de votre firmware faite:

Menu>Config>OK>Diagnostique>OK Là est indiquer la version du logiciel vous aurez aussi le Modèle de la TV.

Si vous avez le firmware 3.15 c’est cool pour vous, vous pouvez passer à la partie activation directement. Pour les autres vous devrait downgrader votre firmware en 3.15.

1- Downgrader le firmware à la version 3.15 :

    -Télechargez le firmware ici (Le nom de l’utilisateur est « mithrandir79″ et le mot de passe est « salusasecundus » attaché sans majuscule)
    /!\ Attention: ce firmware est utilisable uniquement pour les modèles LG suivant:
    32LF2500 32LF2510 37LF2500 37LF2510 42LF2500 42LF2510
    19LH2000 22LH2000 26LH2000 32LH2000 37LH2000 42LH2000
    32LH3000 37LH3000 42LH3000 47LH3000
    32LH4000 37LH4000 42LH4000 47LH4000
    32LH5000 37LH5000 42LH5000 47LH5000
    32LH7000 37LH7000 42LH7000 47LH7000
    19LU4000 22LU4000 26LU4000
    19LU5000 22LU5000 26LU5000
    -Décompressez le fichier sur une clef USB. Le fichier .epk doit se trouver dans le répertoire /LG_DTV.
    -Branchez la clef usb sur le port USB service de la TV, puis appuyez sur Menu, placez la surbrillance sur le menu Option sans appuyer sur OK, appuyez 7 fois sur la touche « FAV » de votre télécommande. Un menu « Mise à jour du logiciel TV (expert) » apparait.
    -Votre fichier .epk doit apparaître dans l’encadré en bas, sinon vérifier qu’il se trouve bien dans le répertoire /LG_DTV de votre clef. (rem: la clef doit être formatée en FAT 16 ou FAT32, le NTFS n’est pas supporté par la TV). Puis appuyer sur OK. La mise à jour s’effectue, il ne faut pas débrancher la clef USB ni éteindre la TV pendant toute la durée de la manipulation, au risque de rendre inutilisable la TV.
    -La TV a été downgradée, il faut refaire une recherche automatique des chaînes. Maintenant passons à l’activation du port USB.

2- Activation du port USB:

    -Appuyer simultanément sur la touche OK de votre télécommande et sur la touche OK de votre TV pendant 5 secondes.
    -Tapez le code « 0000″ pour entrer dans le menu en mode service.
    /!\ Les modifications dans ce menu peuvent être dangereuses alors allez-y avec beaucoup de prudence!!!
    -Positionnez-vous sur le menu « Tool Option3″, et appuyez sur la flèche droite de votre télécommande, ça y est vous y êtes.
    -Maintenant allez sur la ligne « EMF(jpeg,mp3) » passez la valeur à 1. Puis allez sur Divx passez la sur HD, (si vous avez des souci d’affichage avec de video HD baissez le à SD, cela dépends des TV)
    rem: il y d’autre option que je n’ai pas trop testé qui semble intéressante comme le bluetooth ou le digital eye (peut-être la possibilité de mettre une webcam?) (Edit: pour le bluetooth il y a un retour intéressant à ce commentaire de Tydis
    -Dans « Audio Amp » il est possible de supprimer le bridage sonore, essayez les divers options, là il n’y a pas trop de risque. NTP3000 -> sans bridage, et NTP3100 -> avec bridage.
    -Un redémarrage de la TV est nécessaire pour que les options soient prises en compte.

NB: Normalement rien dans les conditions de garantie de LG ne dit que celle-ci est suspendue en cas de modification du firmware. Cependant si une mauvaise manipulation dans les options du firmware est avérée, je doute que la garantie tienne le coup, donc ces manipulations sont plus ou moins à vos risques et périls. Vous voilà averti. (donc vous valez 2 hommes.)

[edit]Ajout de l’astuce de restauration donné par Imagine[/edit]

« Astuces:

Restauration: Si vous avez eu des ennuis, ou ont été assez bête pour changer autres choses dans le menu, ou firmware utilisée sur un téléviseur n’est pas la bonne version, vous pouvez restaurer la firmware d’origine du téléviseur – en fonction des dégâts infligés cela ne réglera pas tous les problèmes sur votre télévision mais gardera les réglages d’activation du port USB
Voici comment faire:

1. Appuyez sur la touche Menu de votre téléviseur

2. Allez dans Options (mais n’appuyez pas sur OK, suffit de sélectionner les options)

3. Appuyez sur la touche « 9″ de votre télécommande 7 fois.

Après cela vous dira que le « programme de restauration est achevée ». et va vous faire revenir à la firmware d’origine. »

[edit]IMPORTANT: Cette article fait désormais l’objet d’un topic sur le forum. Les commentaires sont désactivés la discussion se fait à cette endroit maintenant. L’intégralité de l’article et des commentaires y ont été transférés pour plus de confort.

Mithrandir79

341 commentaires

AT-AT en papercraft!!!

17 octobre 2009 | Catégorie : Vie de Geek

Passionné de maquette, ou passionné de Film de science fiction c’est pour vous. J’ai toujours eu envie de m’amuser à faire des maquettes de vaisseaux qu’on rencontre dans les films de science fiction tel que Star Wars avec son faucon millenium, Star Trek avec ses « Enterprise », Retour vers le futur avec sa Delorean etc…

Malheureusement ces maquettes sont très rares à trouver et souvent excessivement chères. Sans parler de la qualité parfois très mauvaise au niveau des détails, et des découpes approximatives des pièces en plastiques. Bref, on se revoient tous en train de bricoler une coque 3 mm plus grande que le toit du vaisseau afin de faire disparaitre le trou béant.

Bien qu’un peu septique au début je me suis penché sur les maquettes papercraft. Celles-ci sont encore très méconnues en France, mise à part quelques Fans de Wow qui ont déjà eu l’occasion de rencontrer des maquettes papercraft bluffantes.

Le papercraft est un art issu de l’origami japonais. Vous avez certainement tous fait un jour dans votre vie un dé en papier avec les 6 faces étalées sur une feuille, qu’on découpe, qu’on plie et qu’on colle. En résumé voilà le principe du papercraft, avec des technique un peu plus poussées il est possible de réaliser des surfaces courbes avec des volumes tout à fait bluffant.

Pour mon premier papercraft j’ai décidé de m’attaquer à un modèle assez simple pour commencer tout en réunissant la plupart des techniques rencontrer dans les papercrafts. Mon choix s’est naturellement porté sur un AT-AT stalker de l’épisode V de la guerre des étoiles, « L’empire contre attaque ».

J’ai trouvé les patrons sur ce site japonais SF Paper Craft. Il y a plein d’autres maquettes toutes aussi intéressantes comme vous pouvez le voir. J’ai téléchargé et imprimé sur papier bristol les patrons contenus dans plusieurs PDF. (pour l’impression n’oubliez pas de régler l’échelle à 100%, pour éviter toutes mauvaises surprises.) Et je les ai découpé, plié et collé pour donner ceci:

Star Wars AT-AT

Star Wars AT-AT

Voici une petite capture du film pour vous montrer le niveau de détail des maquettes:

Star Wars AT-AT extrait du film

Star Wars AT-AT extrait du film

Pour un prix dérisoire vous avez une maquette assez intéressante pour assouvir votre passion sans se ruiner. Les accessoire de base sont une bonne imprimante, un cutter de précision (avec un angle en biseau de 30°), une petite tige metalique pour courbé le papier, une règle en métal pour plier, un feutre pour noté les numéros des pièces au dos et de la colle à bois intérieure à séchage rapide 5min (on en trouve à 5€ chez Mr bricolage, voire même à Auchan pour 4€).

A vrai dire je me suis aidé de conseil trouvé sur le site de Yamaha. Eh oui sur le site officiel du fabricant de moto Yamaha on trouve des papercrafts mais aussi un howto très bien foutu. Je vous conseil de visionner les vidéos pour apprendre les bases.

Mon objectif étant d’arriver à fabriquer la Yamaha YZR-M1 qui est toute en courbe et très difficile à réaliser correctement. Mais chaque chose en son temps la prochaine maquette papercraft sera certainement le vaisseau enterprise NCC-1701-A issu du premier film de Star Trek qui me permettra d’aborder les courbes d’une manière progressive.

Mithrandir79

3 commentaires

AMD Z8002DC Ma nouvelle acquisition

14 octobre 2009 | Catégorie : Informatique,Vie de Geek

Bienvenue dans la préhistoire de l’informatique, ma collection de processeur vient d’accueillir un petit nouveau ou plutôt un petit dinosaure. L’AMD Z8002DC est un clone des processeurs Zilog 8000 conçu en 1980 par Bernard Peuto.

AMD Z8002DC

AMD Z8002DC

Très loin des processeurs 64 bit à quelques Ghz multi-core actuels, ce processeur 16 bit tourne à une fréquence de 4Mhz, peut adresser un espace logique (ram) de 64Ko, et utiliser une ROM de 8Mo (ce qui correspondrait au disque dur aujourd’hui).

Il fut fabriqué sous la forme DIP (forme allongée avec des pattes de chaque côté). Seules les premières séries ont été fabriquées avec un corps en céramique violet, avec une plaque et des pattes dorées par un plaquage en or.

Dans les années 80 ce processeur a été essentiellement utilisé, par l’armée américaine, par la NASA et par énormément d’industrie en pleine automatisation. L’arrivée des processeurs INTEL x86 ont coupé court à la production des processeurs Zilog 80, 8000 et 80000. Cependant, aujourd’hui le principe du Zilog 8000 est encore utiliser dans des EEPROM (ex:SCC Z16C00) de systèmes automatisés embarqués.

Il est encore possible d’en trouver chez quelques collectionneurs, ou sur ebay par des vendeurs américains ayant des vieux stocks à liquider.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

« Page précédente