Archives de la catégorie 'Linux'

Démarrer et éteindre un PC à distance

8 mars 2010 | Catégorie : Informatique,Linux,Vie de Geek

Il s’agit ici d’exploiter une fonction « wake on lan » disponible sur la plus grande partie des cartes mères de PC. Le principe est envoyer un paquet « magique » via un port ethernet qui réveillera le PC. Cette méthode demande de petite connaissance en ligne de commande, mais rien d’insurmontable même pour un débutant.

NB: Je vois déjà poindre la question « est-ce que c’est possible de faire la même chose avec une carte WiFi ? » Eh bien la réponse et non si vous utilisez une clef ou un dongle USB WiFi, et je ne pense pas avec les carte PCI, PCI-express, PCMCIA et card-express WiFi. Car il faut que la carte reste à l’écoute du paquet « magique » et à ma connaissance les cartes WiFi sont inactives lorsque le PC est éteint.


Les pré-requis :

    - Posséder une carte mère et une carte réseau compatible Wake On Lan (WoL). Quasiment toutes les cartes conçues après 1996 sont compatibles. Cependant les cartes mères ayant une version de slot PCI inférieure à 2.2 doivent utiliser un connecteur « Wakeup-link » pour être raccordées à une carte réseau.
    - Il faut relever les adresses MAC des cartes réseaux des PC à réveiller.
    - Avoir les droits administrateur pour les systèmes linux.
    - Avoir un réseau local bien protégé contre les intrusions extérieures. Sinon vous risquez d’avoir des démarrages intempestifs dû à des bots malveillants.


Activer la fonction wake on lan dans le bios :

/!\ Toutes manipulations dans le bios présente un risque, ne touchez seulement que les réglages dont vous êtes sûr.

Cette fonction peut porter plusieurs nom selon les bios et les marques de cartes mères. La plupart du temps la fonction WoL se trouve dans la partie gestion d’énergie « Power Management ». On peut trouver les dénominations « WoL » « Wake on Lan » « Wake on PCI » etc… Réferrez-vous à la documentation de votre carte mère.

Certain PC portable, notamment ceux de la marque Acer, offre un Bios plutôt succinct ne proposant pas de débloquer cette fonction. Essayer de passer à la dernière version du bios on ne sait jamais. Sinon votre aventure s’arrête ici.


Définir un login automatique pour Ubuntu et conseil pour Windows XP :

Le but étant de chaîner le démarrage pour arriver sur le bureau de l’utilisateur. Cela peut servir s’il on désir accéder à l’ordinateur distant avec VNC par exemple. Si le démarrage reste bloqué sur le login ou GDM, VNC ne pourra pas se lancer correctement.

    - Ubuntu : L’idéal est de créer une session invité avec le minimum de droit possible. Pour cela aller dans Système>Administration>Utilisateurs et Groupes, authentifiez vous en tant que root, ajouter un utilisateur créer le compte invité et décocher les options de l’onglet Privilèges utilisateur. Le mot de passe root vous sera demandé pour toutes ces opérations décocher. Ensuite pour chaîner le démarrage aller dans Système>Administration>Fenêtre de connexion, authentifiez vous en tant que root, cocher Se connecter automatiquement en tant que choisir le compte invité et enfin cochez la case Attendre pour permettre à un utilisateur de se connecter avant le compte invité.
    - Windows XP : Par défaut Windows XP (Eh oui je n’ai pas de licence pour vista et Seven mais le principe reste le même) se connecte automatiquement s’il n’y a qu’un seul compte utilisateur. Qui plus est ce compte est toujours un compte administrateur, les risques sont très grand si une personne tente de s’introduire sur ce PC. Donc il est indispensable de créer un compte invité sans mot de passe et d’imposer un mot de passe au compte administrateur. Ensuite on utilisera TweakUI pour chaîner la connexion sur le compte invité (n’ayant pas de système windows XP sous la main je ne peux pas être plus précis).


Empêcher à l’extinction du PC que la carte réseau ne soit désactivée :

A ma connaissance les windows XP, Vista et Seven ne désactivent pas les cartes réseaux lorsque le PC est éteint. On peut le vérifier simplement en regardant si les led de la carte réseau restent allumé lorsque le PC est éteint.

Sur Ubuntu Hardy, Intrepid, Jaunty et Karmic (je n’ai pas essayé cette fonction sur les versions antérieures à Hardy) les cartes sont désactivées par défaut pour une raison de sécurité semble-t-il. Il faut donc la réactiver à chaque redémarrage. La solution est simple et la voici. Taper dans un terminal :

    sudo ifconfig

Repérer le nom « ethx » (la plupart du temps eth0) de la connexion réseau active (celle qui possède une adresse IP). Vous pouvez zn même temps relever son adresse Mac son la forme FF:FF:FF:FF:FF:FF . (chaque carte réseau a sa propre adresse MAC)

    sudo ethtool eth0

« eth0″ étant un exemple. Repérer la ligne « Wake-on: d » qui signifie que le WoL est désactivé.

Activer le WoL en tapant :

    sudo ethtool -s eth0 wol g
    sudo ethtool eth0

La ligne sera passer à « Wake-on: g » ce qui indique que le WoL est activé sur la carte réseau.

Une fois que ceci est vérifié il faut qu’à chaque redémarrage du PC que la carte réseau soit réactivée. Il faut éditer le fichier « rc.local » cela taper dans un terminal :

    sudo gedit /etc/rc.local

Pour faire simple ce fichier lance des lignes de commande au démarrage du système. La ligne de code suivante devra être placée juste avant la ligne « exit 0 » :

    ethtool -s eth0 wol g

Enregistrer et fermer Gedit. Cette ligne n’a pas besoin de « sudo » puisque ce fichier est exécuté en root.

Voilà votre PC sera à l’écoute du paquet « magique » qui le réveillera. Maintenant passons au PC qui pourra réveiller le dormeur.


Envoyer un paquet « magique » vers un PC endormi :

Le terme paquet « magique » est celui employé dans la documentation concernant le WoL. Bien que je n’aime pas ce terme (car il n’y a rien de magique en informatique) je l’utilise quand même pour me conformer au jargon.

Sur ubuntu il existe dans les dépôts un logiciel permettant d’envoyer le paquet « magique » grâce à l’adresse MAC du PC endormi. Pour l’installer taper dans un terminal :

    sudo apt-get -y install wakeonlan

Pour envoyer le paquet « magique » taper dans un terminal :

    wakeonlan FF:FF:FF:FF:FF:FF

Si tout se passe bien votre PC endormi doit se réveiller.

Note: Sur la dizaine de PC où j’utilise le WoL, une seule carte mère m’a posée des problèmes. C’est une Asus A8N5X avec un chipset nForce4 où la commande pour activer le réveil est assez particulière. Si l’adresse MAC du réseau est comme suit 00:AB:34:FE:67:CD par exemple il s’agira de taper l’inverse de l’adresse dans la ligne de commande ce qui donne « wakeonlan CD:67:FE:34:AB:00″ allez savoir pourquoi!! Apparemment cela ne concerne que les cartes mère avec le chipset nForce4. Plusieurs rapport de bug traîne depuis 3 ou 4 ans à ce sujet chez nVidia, debian et launchpad mais tous restent au point mort.

Sur Windows il existe un logiciel gratuit Wake on Lan assez efficace et simple d’emploi.

Sachez qu’il est possible d’envoyer un paquet magique via internet, mais avec certaines conditions qui peuvent remettre en cause la sécurité de votre réseau. Il faut ouvrir les ports 0, 7 ou 9 (selon les cartes réseau) de votre modem-routeur. Les paquets magiques envoyés doivent être encapsuler en UDP pour passer à travers le NAT du modem-routeur. Le PC endormi doit avoir une adresse IP fixe associé à sont adresse MAC car le réveil doit se faire par l’adresse IP et non par l’adresse MAC. Pour plus de précision voir ici en fin de page (je ne l’ai pas testé).


Comment arrêter un PC distant :

L’utilisation d’un tunnel SSH est une des méthodes les plus simple pour envoyer un « halt » dans un terminal du PC distant. Mais personnellement je préfère utiliser l’excellent Webmin qui dispose d’une grande diversité d’outil d’administration d’un système linux à distance grâce à une interface graphique via un navigateur internet (firefox de préférence). Webmin doit être installé sur le PC distant (à éteindre).

Ajouter le dépôt de webmin dans votre sources.list en tapant dans un terminal pour l’éditer :

    sudo gedit /etc/apt/sources.list

Ajouter à la fin du fichier cette ligne :

    deb http://download.webmin.com/download/repository sarge contrib

C’est un dépôt pour debian mais cela fonction très bien sur ubuntu.

Enregistrer et fermer le fichier. Puis valider la clef gpg du dépôt en tapant dans un terminal :

    wget http://www.webmin.com/jcameron-key.asc
    sudo apt-key add jcameron-key.asc
    sudo apt-get update

Pour installer webmin taper dans un terminal :

    sudo apt-get -y install webmin

Webmin est maintenant installé sur le PC que vous voulez éteindre à distance. Pour utiliser webmin sur le PC directement il suffit de taper dans la barre d’adresse de Firefox :

    https://127.0.0.1:10000 ou bien https://localhost:10000


Pour une connexion distante on peut taper dans la barre d’adresse de firefox de n’importe quel autre ordinateur du réseau :

    https://192.168.1.XXX:10000

192.168.1.XXX étant une adresse IP fixe au PC distant. Mais il possible de définir une adresse relative avec le nom du PC (pour les réseaux en DHCP) comme suit :

    https://nomdupc.local:10000

Le login et le mot de passe sont ceux utilisés par l’utilisateur du poste distant.

Une fois connecté, aller sur Others>Command Shell, puis taper « halt » et enfin appuyer sur le bouton Execute command: le PC distant s’éteindra en quelques secondes. Webmin permet de faire beaucoup plus de chose, mais ce n’est pas ici l’objet de cet article. J’aurai certainement l’occasion d’y revenir dans un autre article et m’attarder plus longuement sur ce logiciel.

Il y a une autre solution un peu plus lourde qui consiste à lancer une connexion sur le bureau à distance. Le paramétrage est assez simple mais il faut un bon débit sur le réseaux pour le transfert de la vidéo du bureau (100Mb/s soit 12Mo/s). L’activation de l’accès au Bureau à distance se fait dans « Système>Préférence>Bureaux à distance » là l’interface est assez explicite. Ensuite pour visionner le Bureau à distance aller dans « Applications>Internet>Visionneur de Bureaux à distance ».

Sur windows il doit certainement avoir un moyen d’éteindre le PC à distance, (VNC, ou en SSH avec Putty) mais j’avoue ne pas avoir creusé la question plus que ça. Cela fait bientôt 6 ans que j’ai abandonné Windows que je connaissais comme le fond de poche à l’époque. Mais aujourd’hui je n’ai plus vraiment la patience de suivre les évolutions des nouveaux opus Vista et encore moins Seven. Donc si vous avez des sotutions pour windows n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça.

Une petite dernière précision, lorsqu’on éteint les PC avec l’interrupteur à l’arrière de l’alimentation ou quand une panne de courant survient, quasiment toutes les cartes mères ne réactivent pas d’elle même la carte réseau lorsque le courant revient. Il est alors nécessaire de démarrer une fois manuellement les PC pour réactiver les cartes réseaux. Une autre solution consisterait à configurer dans le BIOS la position ON après une coupure de courant cela aura pour effet de rallumer tous les ordinateurs quand le courant revient.

Et enfin je finirai par une mise en garde, si vous disposez d’un parc de 30 PC à démarrer en même temps par script, échelonnez les démarrages 2 par 2 avec un interval de 10 secondes. Cela évite un pic élevé de consommation qui serait perçu par l’installation électrique comme un court-circuit et donc le déclenchement du différentiel. (J’en ai eu l’expérience en démarrant mes 5 PC simultanément chez moi ^^; )

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Ubuntu Lucid Lynx 10.04 prend forme

5 mars 2010 | Catégorie : Informatique,Linux

Le jour de la sortie de la prochaine mouture d’Ubuntu Lucid Lynx 10.04 prévu le 29 avril 2010 approche et il très difficile de résister à l’envie de voir ce que nous prépare l’équipe de Mark Shuttleworth. Ayant installé sur une machine virtuelle le Lynx depuis l’alpha 2, je suis régulièrement l’évolution de la bête au rythme des mises à jour hebdomadaires.


Mascotte Lucid Lynx


Et ces dernières mises à jour de la version alpha 3 laissent enfin entrevoir ce que donnera la version finale de notre futur chat au regard affuté. Pour l’apparence nous avons un nouveau logo, un nouveau splashscreen, un nouveau thème et un nouveau fond d’écran.


Logo ubuntu nouvelle police de caractère


Boot screen


Bureau Lucid Lynx


Voici quelques spécifications qui se veulent très raisonnable pour une LTS (Long Time Support):

    - Noyau linux 2.6.32 (amélioration des performances, KVM intégrera la téchnologie de déduplication de mémoire KSM qui réduira les doublons lorsque plusieurs machines virtuelles sont en fonctionnement simultanées et enfin on notera quelques améliorations de la gestion d’énergie des périphériques. Pour la liste complète des changements jetez un oeil ici (en)).
    - Gnome 2.30 pour Ubuntu (la version 3.0 n’est pas encore assez stable pour intégrer une LTS, d’ailleurs la version 2.30 sera certainement la dernière de la série 2.x).
    - KDE 4.4 pour Kubuntu (une version qui se veut plus mature que les précédentes moins de bug et plus de fonctionnalité).
    - Intégration de Plymouth pour le splashcreen de démarrage utilisant l’accélération graphique directement à partir du noyau sans passer par X.
    - Intégration avancée du Cloud Computing (interconnexion de tous les ordinateurs d’un réseau pour un partage des ressources de façon optimale).
    - Suppression de The gimp des programmes par défaut au profit de F-spot (The gimp est toujours disponible dans les dépôts je vous rassure).
    - Ajout de Pitivi comme programme de montage vidéo par défaut (très bon programme malgrès encore quelques bugs encore existant).
    - Ajout de Gwibber comme programme de microblogging par défaut (gère entre autres les fonctions de Twitter).

Lucid Lynx annonce donc une version d’ubuntu visant la robustesse plutôt que l’innovation, ce qui est tout à fait normal pour la future LTS. Le relookage déjà amorcé dans Karmic Koala sera peaufiné pour cette version. Fini les tons orange/marron/sable de human, place au design sobre et léger que les utilisateurs attendaient depuis Hardy Heron.

Le calendrier des sorties des betas, RC et de la version finale :

Time line


NB: Les distributions Ubuntu estampillées LTS seront supportées par canonical pendant 3 ans pour les versions en station de travail et 5 ans pour les versions serveurs. Toutes autres versions ne sont supportées que 1 ans et 6 mois en sachant qu’une version courante sort tous les six mois et tous les 2 ans pour les LTS. Ce dispositif a été mis en place pour que les entreprises utilisant Ubuntu aient un rythme de mis à jour de 2 ans au lieu des 6 mois pour les particuliers. Les distributions Ubuntu LTS sont sensées être plus robustes que les autres versions intermédiaires, et les mises à jours d’une LTS à une autre est possible. Les précédentes versions LTS sont Dapper Drake 6.06, Hardy Heron 8.04 et la prochaine sera notre Lucid Lynx 10.04.

Mithrandir79

1 commentaire

Interview de Richard Stallman par 01.net

10 février 2010 | Catégorie : Informatique,Linux

Voici une interview de Richard Stallman (papa du logiciel libre) par 01.net datant du 29 janvier 2010. Il s’exprime notamment sur la politique liberticide menée par la France ces dernières année en matière loi sur les technologies numériques.

Pour mieux comprendre les arguments de Stallman je rappelle les 4 libertés sur lesquelles s’appuient les logiciel libre sous licence GPL.

Les quatre libertés essentielles de l’utilisateur d’un programme

Liberté 0 : la liberté d’exécuter le programme comme tu veux.

Liberté 1 : la liberté d’étudier le code source et de le changer pour que le programme fasse ce que tu veux.

Liberté 2 : la liberté d’aider les autres, c’est-à-dire la liberté de redistribuer des copies exactes du programme, quand tu veux.

Liberté 3 : la liberté de contribuer à ta communauté, c’est-à-dire la liberté de distribuer des copies de tes versions modifiées du programme, quand tu veux.

Voici le contenu de cet interview :

Fondateur du mouvement GNU, à l’origine du logiciel libre dans les années 1980 et de la première version de la licence GPL en 1989, Richard Stallman était à Paris le 12 janvier dernier pour parler de sa biographie, parue aux Editions Eyrolles (1).

01net. : Votre biographie « autorisée », Richard Stallman et la révolution du logiciel libre, paraît chez Eyrolles. Quel message faut-il y voir ?

Richard Stallman : Il s’agit de ma biographie, pas d’un livre d’opinions. J’ai corrigé et modifié partiellement celle qu’avait écrite Sam Williams [journaliste américain, NDLR], en préservant ses citations et beaucoup de ses impressions. Plus de 20 % viennent de moi. Mais on y trouve aussi les idées du mouvement pour le logiciel libre.

Il existe quatre libertés essentielles auxquelles l’utilisateur d’un programme a droit [voir encadré ci-dessous, NDLR]. Avec elles, ce dernier a le contrôle du programme et donc celui de l’informatique. Si un programme ne respecte pas ces quatre points, il impose un pouvoir injuste aux utilisateurs. Nous l’appelons « privateur » parce qu’il les prive de cette liberté. Je suis contre ce genre de logiciel ! Notre but est donc de libérer les utilisateurs en remplaçant tous les programmes « privateurs » par du libre ou en les rendant libres. Un programme libre est le seul chemin conduisant à la liberté.

01.net : Selon vous, quelles sont les forces et les faiblesses du logiciel libre ?

Richard Stallman : Notre force est d’avoir développé des systèmes d’exploitation et des applications libres pour presque toutes les activités informatiques ordinaires. Notre faiblesse est que la plupart de leurs utilisateurs n’ont pas conscience de l’idée même de la liberté pour laquelle nous nous battons.

Ils connaissent notre logiciel libre sous l’expression « open source », terme qui a été conçu pour ne pas suggérer l’idée de liberté. De la même façon, ils pensent que notre système GNU [signifiant GNU is not Unix, NDLR] s’appelait Linux et a été développé par Linus Torvalds, qui n’est pas pour cette liberté.

01.net : Le « libre » va-t-il devenir une alternative aux grands éditeurs qui préservent jalousement leur code ?

Richard Stallman : Je ne connais pas l’avenir. Il dépend de vous tous. Si tu exiges la liberté et si tu luttes pour elle, nous pouvons construire ensemble un futur libre. Si tu penses commodité à court terme, tu seras victime de la colonisation numérique.

«La loi Hadopi nuit à l’égalité»

01.net : Vous avez sûrement suivi de près la « saga » Hadopi. Quel est votre avis sur le sujet ?

Richard Stallman : La Hadopi interdit la fraternité en attaquant la liberté. Elle nuit aussi à l’égalité, parce qu’une poignée d’organisations auront le pouvoir de dénoncer quelqu’un selon cette loi. Elle reflète donc la haine de Nicolas Sarkozy envers les droits de l’homme. Il a choisi de servir les entreprises du divertissement dans leur guerre globale contre la fraternité.

01.net : Quel peut être le modèle pour financer les artistes aujourd’hui ?

Richard Stallman : Le système actuel, fondé sur le droit d’auteur, ne rétribue pas de façon équitable la plupart des artistes, seulement les stars. Il finance aussi très bien les grandes entreprises. Cela ne justifie pas d’interdire aux gens de coopérer entre eux. Il faut donc remplacer le système.
J’ai proposé deux options. L’une est fondée sur un système de paiements volontaires. Les amateurs d’art aiment financer les artistes, mais avec les moyens actuels c’est peu commode. Je propose donc que chaque individu qui reproduit une œuvre ait un bouton sur lequel il pourra appuyer afin d’envoyer à ses créateurs 1 euro (ou une somme correspondant au pays).

L’autre solution serait un impôt à diviser entre les artistes, et uniquement les artistes, en fonction de leur succès, mais pas de façon linéaire. Je propose que l’argent perçu par chaque artiste augmente moins vite que son succès, l’inverse d’un impôt progressif. Ainsi, chaque star reçoit plus que les autres, mais pas dans les proportions du système actuel. Il pourrait donc financer plus d’artistes que le système qui prévaut en ce moment, avec moins d’argent.

Francis Muguet [un chercheur français, NDLR] a proposé un système qui reprend ce genre d’idées et qui fonctionne selon les relations juridiques actuelles. C’est le mécénat global (mecenat-global.org).

(1) Richard Stallman et la révolution du logiciel libre : Une biographie autorisée, de Richard Stallman, Sam Williams, Christophe Masutti. Editions Eyrolles.

Richard Stallman a beaucoup de détracteur dans la sphère libérale, il est souvent accusé de hippie utopiste. Le modèle qu’il propose est complètement à l’opposé de l’individualisme des théories de notre actuel gouvernement. Malgré les notions de partage et de communauté un peu sortie des slogans de mai 68, l’utopie du « logiciel libre » de Richard Stallman a prouvé son efficacité par l’existence d’un nombre chaque jour grandissant d’utilisateur de logiciel libre. L’engouement pour les systèmes d’exploitations GNU/Linux en est la preuve indiscutable. Il faut savoir aussi que 90% des logiciels nécessaire au bon fonctionnement d’internet (serveur) sont issus du développement de la communauté du logiciel libre.

La liberté que nous connaissons aujourd’hui sur le net est en grande partie dû à ce mouvement initié dans les années 1980. Et cette liberté est aujourd’hui menacée en France par les lois Hadopi et Loppsi. C’est en prenant conscience de ce fait qu’on pourra préserver cette liberté.

La Biographie autorisée de Richard Stallman est disponible à la vente chez Eyrolles à cette page pour seulement 22€. Et en libre téléchargement sur framabook :

Richard Stallman et la révolution du logiciel libre

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Alerte aux faux drivers ext4fs pour Windows

8 janvier 2010 | Catégorie : Informatique,Linux

En cherchant un driver pour lire les nouvelles partitions linux ext4-FS sur Windows je suis tombé sur un exécutable qui contient en réalité un cheval de troie dénommé « Downloader.Generic9.AFJK » .

Pour l’heure il n’existe pas encore de driver permettant de lire les partitions ext4-FS. Donc je vous conseil la plus grande méfiance sur ces fichiers qui se baladent sur rapidshare, direct-download, megaupload, bittorrent ou autre réseaux P2P.

Cependant un bon antivirus devrait bloquer la menace assez facilement.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Le FUD, qu’est ce que c’est ?

6 janvier 2010 | Catégorie : Informatique,Linux,Politique

Le « FUD » est un acronyme provenant du jargon informatique né dans les années. Il fut inventé par Gene Amdahl ancien employé d’IBM pour décrire les techniques commerciales de son entreprise. Il signifie « Fear Uncertainty and Doubt » ce qui traduit littéralement donne « Peur Incertitude et Doute ». Pour le coup PID en français sonne moins bien c’est pour ça qu’on rencontre souvent le terme FUD même dans les forums français.

Définition de wikipedia: « Il s’agit d’une technique rhétorique utilisée notamment dans la vente, le marketing, les relations publiques et le discours politique. Elle consiste à tenter d’influencer la perception de son audience en disséminant des informations négatives, souvent vagues et inspirant la peur. Terme initialement utilisé pour qualifier une tactique de désinformation d’IBM, la FUD est utilisé plus largement au XXIe siècle.« 

Plus récemment cette expression est ressortit à l’occasion de quelques affrontements verbales entre Microsoft et les partisans linux. Notamment à l’occasion d’une campagne Microsoft qui affirmait haut et fort qu’installer des distribution Gnu/Linux avec la suite Open Office (gratuit) en entreprise couterait plus cher que le déploiement de Windows et Open Office (payant). L’argumentaire s’appuyait sur les coups de formation engendrée par le changement de logiciel et l’augmentation des effectifs d’administrations du système informatique. L’ironie du sort veut que ce soit IBM (qui utilise des solutions Gnu/linux aujjourd’hui) qui soit maintenant victime de la même politique qu’il avait mené dans les années 1970.

La technique est finalement assez simple. Il faut trouver ce qui fait le plus peur au client, ici c’est le cout d’investissement et l’augmentation des effectifs. On monte un dossier (dans la plupart des cas bidon avec des chiffres complètement irréaliste) expliquant qu’avec le système concurrent il devra finalement débourser deux plus que pour le système qu’on vends. Ensuite il faut trouver un maximum de point négatif sur le système concurrent (non respect des brevets, les drivers sur Gnu/linux sont inexistant, la gestion d’un parc d’ordinateur linux nécessite un expert en informatique etc…). Plus le client est novice en informatique plus ces incertitudes le mène au doute. Un employé préférera toujours la solution qui lui paraît la moins risquée pour son entreprise, même s’il n’a pas toute les cartes en mains pour pouvoir juger de sa décision.

Cette technique fonctionne non seulement pour les entreprises mais elle fonctionne encore mieux avec les particuliers qui n’ont généralement aucune expérience en informatique. Le nombre de fois que j’ai entendu la phrase « Oui mais linux trop compliqué, c’est pour les informaticiens » montre bien que le FUD a bien entamé l’objectivité des particuliers. Je répond généralement deux choses à cette argument:

    - Gnu/Linux n’est pas plus compliqué que Windows, il est juste différent. Est-ce qu’une 2CV est plus compliqué à conduire qu’une Porsche ? Non, le principe est reste identique, même s’il faut un temps d’adaptation pour s’approprier les différences évidente entre une 2CV et une Porsche. Pour Windows et Linux c’est exactement la même chose. Il se peut même que vous preniez plus de plaisir à l’informatique avec Gnu/Linux, tout comme vous prendriez plus de plaisir à conduire une porsche.
    - Faisons un essai sur ton PC, juste pour voir. Et là généralement (80%) les gens se décomplexe en voyant que c’est finalement pas si difficile que ça. Je fini par installer un dual-boot Linux/Windows sur leur PC. Les personnes les plus récalcitrantes sont celles qui ont beaucoup d’expérience sur Windows habitutée à leur panneau de configuration, au registre et autre logiciel de maintenance diverse et varié nécessaire ou non à windows.

Parfois on trouve le FUD là où on ne s’attendrait pas à le voir. En effet en France un homme politique est passé maître dans la technique du FUD (ceinture noir 5ème dan), il n’est autre que notre cher président de la république. Oui oui ! notre Sarko nationale que beaucoup de pays nous envie. Les cas sont multiples cela mériterait un livre pour tous les énoncer. Je m’attarderait cependant sur quelques exemples assez significatif:

    - Le thème de l’insécurité qui a été utilisé pendant les élections, le cocktail est assez simple. Tout d’abord mettre le feu aux banlieues avec des mot tel que « racaille » ou « karsher » afin de provoquer une augmentation des violences dans les cités. Ensuite téléphonez à TF1 ou FR2 pour filmé tout cela. Puis faite une annonce devant les caméras que pour rendre nos rue plus sur il n’y a qu’une chose à faire le mettre à la tête de l’état. Ne pas oublier d’ajouter un petit soupçon de xénophobie avec un « mouton égorgé dans la baignoire » et « de musulmane excisée ». Vous obtiendrez le parfait FUD (Peur Incertitude et Doute).
    - La peur peut être induite par l’exemple. La démission du préfet n’ayant pas mis en place un dispositif de sécurité suffisant pour disperser des manifestants trop bruyant. Les préfets sont désormais prévenus qu’à la moindre sortie du rang le siège sur lequel ils sont assis, est éjectable.
    - La loi Hadopi est basée à 90% sur le FUD, puisqu’elle est censée avoir un effet de dissuasion. Il lui sera impossible de statistiquement de traité assez de cas pour que le même individu soit pris trois fois de suite dans les filets de l’Hadopi. Il ne faut pas être un génie pour s’en apercevoir. (10 000 cas traité par mois sur une population de 60 000 000 d’individu. Cela fait une chance sur 6000 d’être pris. Il faudrait 500 ans pour avoir une chance d’être pris 2 fois et plus de 1000 ans pour être pris 3 fois). On voit bien ici l’action principal de cette loi est de créer un sentiment de peur pour grignoter progressivement le sentiment de liberté et de gratuité qui règne sur la toile. Le gouvernement nous dit par cette loi « ce qui vous semble gratuit c’est en réalité du vol. Cependant la lecture de cette page est totalement gratuite. Est-ce que vous me volez ? Quel serez la vocation d’un blog s’il n’avait pas de lecteur de passage ? Le plaisir que ne serait-ce qu’une personne lise ses ligne me suffit amplement. Hadopi est un maillon faisant partie d’un vaste chantier de décrédibilisation d’internet.

Les médias télévisés utilisent massivement le FUD depuis des années. Je vous propose de faire une expérience. Enregistrez sur une journée, les informations de France 2 et TF1 à 12H00, 20H00 et 23H00 et comparez les en les diffusant simultanément. Première constatation, les lignes éditoriales et présentation des sujets sont quasiment identique entre France2 et TF1 pour les mêmes heures de diffusion. Deuxième constatation le journal de 12H00 est particulièrement édulcoré reportage à la Pernaux du style « élevage des chèvres dans les Cévennes » (ça peut pas s’inventer). Le journal de 20H00 traite de sujet très orienté avec des images chocs blessées, sang, »agression dans une cage d’escalier » avec un peu de traitement people « l’hospitalisation de J. Hallyday à Las Vegas » bref du sensationnel. Et enfin regardez le journal de 23H00, vous y verrez les informations évoqué en cinq minutes puis d’autres information sur les milieux financiers, les accords politiques, les budgets de l’état etc… Pourquoi cette différence ? Ma réponse est simple : « désinformation ». On s’en aperçoit quand on regarde les publics ciblés. A 12H00 la ménagère de moins de 50 ans qui n’a pas besoin de savoir quoi que ce soit sur l’actualité (bah oui elle est derrière son fourneau pour elle c’est amplement suffisant). A 20H00 c’est le travailleur moyen c’est la qu’il faut montrer les terroristes, les émigrés sans papiers, pour justifié les politiques de répression du gouvernement (on y ajoute un petit peu de divertissement pour ne pas trop le déprimer afin qu’il continu à consommer tout de même). Et enfin à 23H00 la cible c’est les hommes d’affaires et chef d’entreprise, quand tout le monde est couché, les informations importantes aux décideurs sont distillé à cette heure tardive. Si vous ne me croyez pas faites l’expérience vous même et vous verrez.

Comment faire pour résister au FUD ? La solution n’est pas si compliqué. Il suffit de ne pas rester dans l’ignorance, prenez vous distance avec les médias et vérifiez par d’autres sources si la version présentée par la TV, la radio, et la presse n’est pas partiale. (Attention l’association de ces trois médias ne font pas un recoupement fiable, il faut savoir qu’ils vont tous les trois à la même source d’information l’AFP pour les infos nationales et Reuters pour l’international). Les sources d’informations peuvent être très diverses, aller sur place, les livres, des forums internet etc…

Un exemple si vous voulez vous informez sur les centrales nucléaires, allez voir d’abord sur wikipedia pour dégrossir le sujet, ensuite si vous n’êtes pas trop éloigné d’une centrale nucléaire sachez qu’il existe dans chacune d’entre elle un centre d’information en libre accès. On peut notamment y avoir des informations sur le fonctionnement technique d’une centrale, il n’y a rien de top secret dans son fonctionnement. Ensuite vous pouvez si vous avez l’occasion d’aller dans la manche de faire une visite d’Areva (il faut s’y prendre à l’avance pour le contrôle du casier judiciaire). Et enfin lire des rapports de greenpeace, et des livres d’écologistes. Vous pouvez aussi vous renseigner sur les bases de la radioprotection sur le net il y a plein de site qui en parle. Fort de tous ces renseignements vous pourrez seulement commencer à avoir un avis négatif ou positif sur le nucléaire. Avant cela vous serez dans le domaine du préjugé et très vulnérable au FUD.

Un petit mot sur la différence entre la peur du FUD et la terreur qui est la base du terrorisme. La peur joue sur l’acceptation d’une réalité déformée qui amplifie les angoisses de l’individu par l’intermédiaire de sont imagination. L’esprit humain a toujours tendance à caricaturer la réalité d’autant plus quand il lui manque des éléments de compréhension. La terreur passe par des actes de cruauté réels qui provoque une chez l’individu c’est le contact avec l’acte de cruauté qui provoque la terreur. Dans ce cas on sait de quoi est capable réellement le terroriste parce qu’on l’a vu. (ex 11 septembre 2001 à New York). La terreur a pour inconvénient que la crainte n’est pas acceptée par l’individu et va provoquer une réaction de rébellion. La terreur est une arme d’une autre époque, et ça les occidentaux l’ont bien compris, la peur est une arme bien plus sophistiqué pour un gouvernement il suffit juste de maintenir la population dans l’ignorance et instiller quelques amorces de peur et la masse suivra.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Passage de Grub 0.97 à Grub 1.97 après une migration Jaunty/Karmic

9 novembre 2009 | Catégorie : Informatique,Linux

Cette manipulation concerne uniquement ceux qui ont fait une migration à partir d’ubuntu Jaunty vers Karmic Koala. Ceux qui ont fait une installation toute fraîche possède déjà la version 2 de Grub (qui d’ailleurs ne l’ai pas encore tout à fait puisque Grub2 est encore dans sa version bêta notée « 1.97 bêta »).

Si vous vous demandez ce qu’est grub je vous invite à lire la définition de ce logiciel sur Wikipedia. En gros pour faire simple c’est le logiciel qui permet de sélectionner les systèmes d’exploitations au démarrage de la machine.

Vu que Grub n’est pas mis à jour automatiquement lors de la migration je vous propose une méthode pour faire la mise jour manuellement après la migration. La manipulation est assez simple malgré plusieurs étapes indispensables à suivre. Les avantages de Grub2 sont qu’il supporte en natif le nouveau système de fichier ext4, il intègre plus de fonction au niveau graphique et on peut intégrer du code personnel dans le fichier de configuration. Les inconvénients sont le paramétrage totalement différent de grub1 (une période d’adaptation est nécessaire) et qu’il soit toujours en version bêta, bien que je n’ai noté aucun bug depuis que je l’utilise.

Donc si vous êtes conscient de ce que vous faites vous pouvez suivre ma méthode.

(/!\ Le fait de toucher au bootloader peut rendre inutilisable votre PC, mais n’ayez crainte il est possible de réparer le plantage de grub. Voir à la fin de l’article. Avant de commencer, prévoyez tout de même un liveCD, voire même un CD alternate d’ubuntu. Les avoir sous la main pourrait vous servir. TRES IMPORTANT: LIRE L’ARTICLE EN ENTIER AVANT TOUTE MANIP.)

-Installation de Grub2:

    Allez dans synaptic, recherchez « grub2″, et installez le. Il vous sera demandé de désinstaller d’anciens paquets, acceptez.
    Une autre méthode par le terminal est possible en tapant « sudo apt-get install grub-pc« , même chose il vous sera demandez de désinstaller d’anciens paquets.

-Test du fonctionnement de Grub2:

    Au redémarrage de l’ordinateur c’est toujours Grub1 qui est exécuter par défaut, mais il offre la possibilité de lancer Grub2. Sélectionnez « Chainload into GRUB 2 » si tout se passe bien vous devez arriver sur le lanceur grub2. Maintenant essayez de lancer tous les systèmes (ubuntu 9.10, Windows, BSD, etc…) cela nécessite un redémarrage pour chaque test.

-Remplacement de Grub1 par Grub2 comme lanceur par défaut:

    Une fois les tests concluant, il ne vous reste plus qu’à redémarrer sur ubuntu et exécuter dans un terminal cette commande « sudo upgrade-from-grub-legacy« . Vous devriez obtenir ceci:

Appuyez sur entrée

Appuyer sur entrée

Choisir le disque où votre système linux est installer

Choisissez le disque dur où le système ubuntu est installé

A la fin de l’installation vous devriez obtenir ceci dans le terminal:

    Installation finished. No error reported.
    This is the contents of the device map /boot/grub/device.map.
    Check if this is correct or not. If any of the lines is incorrect,
    fix it and re-run the script `grub-install'.
    (hd0) /dev/sda
    Generating grub.cfg ...
    Found linux image: /boot/vmlinuz-2.6.31-14-generic
    Found initrd image: /boot/initrd.img-2.6.31-14-generic
    Found memtest86+ image: /boot/memtest86+.bin
    Found Microsoft Windows XP Professionnel on /dev/sda1
    done

Maintenant l’ordinateur devrait booter par défaut sur Grub2.

-Changement de fichier de configuration:

    Pour accéder au fichier de configuration de Grub1 était « sudo gedit /boot/grub/menu.lst« . Ce fichier est toujours existant mais n’a plus acune utilité pour Grub2. Il vous est d’ailleurs proposer de le supprimer avec cette commande « rm -f /boot/grub/menu.lst* » mais vous n’êtes pas obliger surtout si vous voulez chercher des information à propos de l’ancien paramétrage.

(/!\ La commande « rm » (remove –> supprimer) est à utiliser avec beucoup de prudence, par exemple « rm -R / » reviendrait à effacer tout le contenu du disque dur. C’est un peu un équivalent de « c:\format c: » . Soyez toujours prudent avec « rm » exécuter en mode administrateur.)

    La nouvelle ligne de commande à utiliser pour configurer Grub2 est celle-ci « sudo gedit /boot/grub/grub.cfg« . Si vous étiez habitué à grub vous constaterez que le code s’est un peu complexifier, mais en y regardant de plus près, on retrouve facilement ses petits.

Théoriquement l’installation devrait être terminer si tout s’est bien passé. Si vous avez plantez grub et que vous avez une erreur du type « grub error 11« , don’t panic, rien n’est perdu si vous avez un liveCD à côté de vous (sinon un « je vous avez prevenu » serait le bienvenu et il ne vous reste qu’à aller chez un pote pour vous en graver un).

-Récupération d’un Grub planter:

    Un tuto y est consacré ici pour une réparation de grub1 et ici pour une récupération de grub2. Ma méthode personnelle consiste à utiliser un CD alternate (non liveCD). Donc bootez sur le CD, choisissez la langue puis lancez la ligne « Réparer un système endommager« .
    Le « mode récupération » s’affiche, choisissez votre language, détectez le type de clavier, le CD s’initialise (n’ayez crainte ce n’est pas une installation c’est juste le lancement d’un mode virtuel)
    Ensuite saisissez le nom de la machine (celui que vous avez donnez lors de la première installation), là c’est la partie la plus sensible, il faut que vous sachiez sur quel partition est installer votre racine « / ». La plupart du temps si vous avez en dual-boot Windows, la racine se trouve en /dev/sda2 ou en /dev/sda5/ si vous avait créer une partition logique. De toute façon si vous vous trompez vous aurez un message « echec du montage ». Recommencez jusqu’à touver le bon. (« Revenir en arrière » –> « Entrer dans le mode de récupération »)

Note le « x » de « sdax » correspond au numéro de partition que vous avez choisi précédemment.

    Ensuite lancer la ligne « Exécuter un shell dans /dev/sdax« , puis continuer.
    Là un terminal en root s’affiche en bas de l’écran. Saisissez ces lignes de commandes:

>>apt-get purge grub-pc
>>apt-get install grub-pc
>>grub-install /dev/sdax
>>update-grub
>>exit

    Lancer la ligne « Redémarrer le système« . N’oubliez pas d’enlever de CD.
    Là normalement le système devrait démarrer correctement sur grub2

Si vous avez des questions, ou que vous n’avez pas compris quelque chose, les commentaires sont là pour ça. ;-)

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Sortie du livre « Simple Comme Ubuntu » pour la version 9.10

7 novembre 2009 | Catégorie : Informatique,Linux

Didier Roche récidive avec la nouvelle édition de SCU « Simple Comme Ubuntu » mise à jour en tenant compte des dernières évolutions d’ubuntu 9.10. Ce livre est essentiellement destiné aux débutants n’ayant jamais touché à une distribution linux de leur vie. L’approche est très intuitive, didactique et bourrée d’illustration.

Le livre est disponible au téléchargement sous le format PDF sur le site de framasoft. Si vous le trouvez intéressant et que vous êtes rebuté par le prix exorbitant de l’impression intégrale du livre, vous pourrez vous procurer une édition papier ici de 330 pages pour seulement 17€ (inclus un livret de 24 pages résumant les commandes de base linux et un CD d’installation francisé d’ubuntu 9.10).

La première édition est sortie en avril 2007 chez In Libro Veritas, depuis le succès ne s’est pas démenti à chaque nouvelle édition (tous les 6 mois) les ventes n’ont fait qu’augmenter. Ce livre est éditer sous licence creative common BY-SA, (BY) veut dire que la signature de l’auteur doit suivre l’oeuvre et (SA) veut dire partage à l’identique, avec obligation de rediffuser selon la même licence ou une licence similaire.

Avec ce livre vous n’avez plus d’excuse pour ne pas passer à linux.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Sortie du Karmic Koala 9.10 la nouvelle version d’Ubuntu

29 octobre 2009 | Catégorie : Informatique,Linux

A l’heure où Windows 7 fait une entrée fracassante (commercialement bien sûr) depuis sa sortie du 22 octobre, un petit Koala bien sympathique pointe aujourd’hui le bout de son nez. Cette version Ubuntu Karmic Koala 9.10 annonces d’excellentes choses pour la prochaine version 10.04 LTS. Mais n’allons pas trop vite voyons ce que donne ce petit Koala.

Les distributions Ubuntu Kubuntu Xubuntu et Edubuntu sont disponibles en téléchargement sur les serveurs ici.

Pour les non initier, il n’est pas évident de se retrouver dans toutes les versions proposée. Par défaut il est recommandé de prendre un LiveCD X86, qui permet d’installer Ubuntu sur n’importe qu’elle PC en Mode graphique.

En raison du succès grandissant d’ubuntu le jour (voir la semaine) de sa sortie, les serveurs sont souvent saturés. Donc il est recommandé de télécharger la distribution sur bittorrent ici sur ce tracker. Je rassure ce lien est totalement légale est même fortement conseiller pour le débit et le partage des sources (c’est l’avantage du logiciel libre).

Une fois l’ISO télécharger, gravez-le sur un CD, et démarrer le PC sur le CD. Cliquez sur « Essayer Ubuntu sans rien installer sur l’ordinateur ». Puis si ça vous plait, installez le. Pour plus de renseignement aller voir la documentation super bien foutu. Et si vous rencontrez un souci il y a toujours le forum très fréquenté d’ubuntu-fr.

Donc un petit conseil avant d’acheter Windows7 et de vous ruiner de 199,99€, goutez le gout de la liberté avec Karmic Koala ça ne vous coutera que l’engagement que vous voudrez bien y mettre. Après si vous voulez garder tout de même XP ou Vista en parallèle sur votre machine la chose est tout à fais possible avec un dual boot ou encore wubi. Si vous êtes intéresser RDV sur le forum ubuntu-fr qui sera très bien vous renseigner.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Sortie d’ubuntu Karmic Koala J-15

14 octobre 2009 | Catégorie : Informatique,Linux

Le 29 octobre sortira la dernière version d’Ubuntu qui aura pour nom Karmic Koala 9.10. La version beta est disponible depuis environ une semaine sur les serveurs. La version Release Candidate (version presque définitive) devrai sortir le 22 Octobre.

J’ai effectué mes premiers testes sur la version alpha6, j’ai alors tenté une mise à jour à partir d’Ubuntu Jaunty, qui a rendu mon système très instable (heureusement que c’était mon environnement de test ;) ). Ensuite je suis passé à l’installation à neuf de la version beta sans formaté la partition /home. Là je n’est rencontré aucun problème, mes paramètres de l’interface graphique ont été repris dans son intégralité. (fond d’écran, style de fénêtre et icône). Par contre les paramètres de compiz ont été écrasé. Et enfin je suis passé à la réinstallation complète du système pour pouvoir observer l’interface par défaut du Koala.

Les nouveautés pour cette version sont assez nombreuses:

    - Le bootloader Grub (ce qui permet de choisir sur quel système on veut démarrer) sera dans sa version 2. Il intègre notamment une interface graphique plus abouti et paramétrable, et aussi la prise en compte en natif du nouveau format de système de fichier ext4.
    - Le noyau linux 2.6.31 intègre de nouveaux pilote, une meilleure gestion des machines virtuel, et entre autres la gestion en natif d’animation graphique avant le démarrage du serveur X. La gestion du système de fichier ext4 était déjà pris en compte dans la version 2.6.28 (Jaunty Jackalope).
    - Le splash screen de démarrage upsplash a été remplacer par xsplash, qui permet un gain de rapidité au démarrage et l’intégration beaucoup plus libre d’animation dans l’écran de démarrage. Ce qui augure des changement radicaux au niveau de l’interface graphique pour les prochaines versions.
    - La rapidité au démarrage était l’une des priorités pour cette version d’ubuntu. Mon test montre un temps de 23 secondes entre la pression sur le bouton et l’arrivée sur le bureau (en session automatique sans saisie du mot de passe). Le matériel sur lequel j’ai effectué le test est d’une configuration moyenne Pentium D 3 Ghz, 2 Go de Ram, disque dur en SATA 1. De quoi faire palir un Windows Vista au 2min30 de temps de démarrage sur la même machine (Windows 7 RC met environ 1min30 toujours sur cette machine).
    - Encore plus impressionnant le temps d’extinction d’environ 3 secondes!!! Ce qui nous fait un redémarrage du système en moins de 30 secondes. Là je dois dire que canonical (la société à l’origine d’ubuntu) a rempli ses objectifs avec brio. Microsoft n’est pas près de rivaliser avec ces performances.
    - Une nouvelle version de GDM a été intégrée, avec une petite fenêtre de sélection de l’utilisateur. Plus besoin de taper le nom de l’utilisateur il suffit de cliquer dessus et de taper le mot de passe. Cependant j’ai l’impression que canonical n’a pas eu le temps de finir de customiser GDM. Il n’est pas super bien intégré au graphisme. On verra quand la version final sortira si ce défaut esthétique est corrigé.
    - Une fois l’installation toute fraiche terminée le bureau a toujours son apparence peu attrayante orange avec les 2 barres de menu grises en haut et en bas. Mais heureusement la personnalisation est assez facile à opérer. D’ailleurs de nouveaux fonds d’écran ont fait leur apparition (des photos de hubble de nébuleuses et de galaxies). Le menu de paramétrage de compiz n’est toujours pas installé par défaut, il faut l’installer à partir de synaptic. Seul 3 options sont proposées dans le menu apparence ne laissant pas de choix de paramétrage avancée. J’aimerai bien qu’il y est une case à cocher pour installer automatiquement compiz-manager sans aller dans synaptic. (c’est juste une proposition).
    - Au niveau logiciel, nous avons les dernières version stable de Firefox 3.5.3, Open Office 3.1, Blender 2.49, Virtualbox 3.0.6. Pidgin n’est plus le logiciel de messagerie instantanée par défaut, il a été remplacé par Empathy. Pidgin a du code en C# soumis à des brevets américains par microsoft, qui n’est pas très bien vu dans la communauté du logiciel libre.

En conclusion Karmic Koala est toujours dans la lignée des précédentes version d’ubuntu, toujours plus de facilité pour l’utilisateur de base. Le système semble toujours aussi performant, voire plus au niveau des temps de démarrage et de redémarrage. Malgré que ce soit une version beta j’ai rencontré très peu de bug, tout mon matériel a été reconnu instantanément (scanner, webcam, acquisition vidéo DVC100, blue tooth carte nVidia 8600GS, APN Panasonic etc…). Cependant l’interface graphique est toujours aussi laide après une installation toute fraiche. C’est un peu l’éternel reproche qu’on pourra faire à canonical.

Attention: Pour ceux qui voudront mettre à jour leur système à partir de Jaunty, je ne saurai trop leur conseiller d’attendre la sortie officiel de Karmic, voire même attendre au moins une semaine après la sortie (à cause de la surcharge des serveurs). Il y a des risques important de rendre inutilisable son système avec des versions beta et RC.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Récupérer l’icône de l’update-notifier sur Jaunty

4 mai 2009 | Catégorie : Informatique,Linux

Avec l’arrivée de la nouvelle version Jaunty, Ubuntu a vu l’icône de la notification des mises à jour disparaitre au profit d’une fenêtre de mise à jour pouvant apparaitre de façon intempestive. Cela peut devenir agaçant quand on est en pleine présentation de slide devant une assemblée. (ou encore quand on visionne un DVD sur son portable)

Il existe une solution simple pour revenir à l’ancienne notification qui était plus discrète.
- Ouvrir un terminal et taper:
xxxx@xxxx:~$ gconf-editor

- Cette fenêtre s’ouvre :

Récupération de l'icône update notifier avec gconf-editor

- Aller dans apps/update-notifier/.

- Et enfin décocher la ligne auto_launch.

- Un redémarrage du système est nécessaire pour que la modification prenne effet.

Maintenant dès qu’une nouvelle mise à jour l’icône Icône de notification apparaitra dans la barre des taĉhes comme pour les précédentes versions d’Ubuntu.

Remarque: la ligne regular_auto_launch_interval permet de changer l’intervalle de jour entre les consultations des dépôts pour connaitre les nouvelles mises à jour. Ici ce réglage est à 7 jours.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

« Page précédentePage suivante »