Archives de la catégorie 'eBooks'

In Libro Veritas VS Atramenta

18 juillet 2011 | Catégorie : eBooks

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer le site internet d’In Libro Veritas pour vous parler de livres édités sous licence Creative Common en rapport avec le monde du logiciel libre. La philosophie peu banal de cette maison d’édition est de proposer aux auteurs et aux lecteurs des services d’édition à la carte en respectant au mieux les volontés des auteurs pour la gestion des droits d’auteurs. Cela fait près de 6 ans que ce site fonctionne avec un succès assez honorable et une notoriété grandissante.

Cependant des divergences importantes ont vues le jour il y a plus de 6 mois entre les deux créateurs d’ILV, Mathieu Pasquini et Thomas Boitel. Ce dernier a donc déposé sa démission en Janvier 2011 pour créer un nouveau site de son côté plus en accord avec sa philosophie étant de rapprocher encore plus les auteurs des lecteurs.

atramenta logo

Atramenta malgré sa jeunesse propose déjà un bon nombre d’Ebook, dont plus de 500 auteurs versés dans le domaine public et plus d’une centaine sous licence creative common. Il ne renie pas non plus sa filiation avec ILV en proposant aux lecteurs abonnés à ILV de s’inscrire sur son site avec le même identifiant. Et enfin une communauté grandissante sur le forum vous offre un accueil avec bienveillant, permettant aux auteurs amateurs d’accéder à des relecteurs bénévoles, et aux lecteurs de participer à la créations de nouvelles oeuvres.

Sans dénigrer ILV, qui fait toujours un travail remarquable pour la progression du livre numérique, Atramenta va, en mon sens, dans la bonne direction pour offrir un avenir pérenne à l’édition. Qui plus est la multiplication des maisons d’édition de type ILV montre que le modèle est viable et profitable aux trois parties Auteurs/Lecteurs/Editeurs.

Souhaitons que ce type de site se développe, gagne en notoriété et se multiplie. J’invite donc les rats de bibliothèques et autres livrophages à grossir les rangs des lecteurs libres. J’invite aussi les auteurs en herbe ou plus confirmés à tester ce nouveau mode de publication plus proche du public, sans censure et à la pointe de l’édition.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Les bibliothèques sont l’avenir du livre

15 janvier 2011 | Catégorie : eBooks

A lire absolument dans le supplément du journal Le Monde du 15/01/2011 à la page 16 l’interview de Robert Darnton, historien du livre. Selon lui l’arrivée du livre numérique va booster les publications papiers des livres. Il étaye ainsi ma plus profonde conviction, celle que plus un lecteur lit, plus il va consommer du livre qu’il soit papier ou numérique. Voici quelques citations extraites de l’article :

Robert Darnton, historien du livre

« Attention ! Il y a de grands tournants. Mais l’arrivée d’une nouvelle technique ne détrône pas la précédente. Au moins dans le court terme. La radio n’a pas tué le journal. La télé n’a pas tué la radio. L’ordinateur n’a tué ni radio ni télé. Même chose pour le livre. Un chercheur anglais a découvert récemment que l’édition manuscrite s’est poursuivie jusqu’au XVIIIe siècle. C’est-à-dire que des éditeurs employaient des copistes pour recopier à la main certains livres. Pour une édition de moins de cent exemplaires, cela revenait moins cher d’engager des copistes que des typographes. L’invention de Gutenberg a donc fait fleurir l’édition manuscrite ! Et aujourd’hui, non seulement le livre numérique ne chasse pas le livre imprimé, mais il se peut qu’il le renforce. Au moins pendant un certain temps. »Robert Darnton

En effet la coexistence des procédés de publication permet une utilisation plus aisée des supports selon dans quel situation se trouve le lecteur. En voyage ou en déplacement il est plus évident d’avoir sa bibliothèque dans sa poche que de se balader avec une vingtaine de livres dans une valise. Mais il aussi agréable de posséder l’objet sous format papier quand on est tranquillement installé dans son fauteuil se délectant d’une lecture sur le bon vieux papier que son odeur et son touché ne sera jamais remplacer par une liseuse.

« L’idéal des Lumières était la démocratisation du savoir. Mais la République des Lettres du XVIIIe siècle, qui prônait l’égalité et la connaissance universelle, n’était en fait qu’une utopie. Non seulement la censure et la police littéraire jouaient un rôle important dans la France de l’époque, mais l’analphabétisme et les barrières sociales constituaient des obstacles majeurs.
A côté d’une poignée de philosophes reconnus, comme Voltaire, Montesquieu, Rousseau et Diderot, les auteurs vivaient comme des pauvres diables, contraints de courtiser les mécènes, d’intriguer pour intégrer une gazette contrôlée par l’Etat. Internet change la donne et peut permettre de créer une véritable République des Lettres à la portée de tous. A la portée d’un clic. La République numérique du savoir ! Vous imaginez la révolution que serait la création d’une bibliothèque universelle gratuite ? »
Robert Darnton

Aujourd’hui l’Utopie se heurtera certainement aux dictats des maisons d’édition, trop préoccupées à leur profits égoïstes qu’ils meuvent en question de survie. Que sont les intérêts d’un petit nombre face à l’accès au savoir universel. Certes les auteurs doivent être rémunérés et les maisons d’édition ont des frais à couvrir liés à leur fonctionnement. Mais comment expliquer que certaines oeuvres largement amorties comme celle écrites par Gaston Leroux, HG Wells, Agatha Christie servent encore de rente aux descendant oisifs. Alors que ces oeuvres pourraient déjà profiter au plus grand nombre sans que cela nuise à l’industrie du livre.

« Le plus grand obstacle à la création d’une bibliothèque numérique universelle est juridique ! Car la législation du copyright pose d’énormes problèmes. Nous pouvons numériser tous les documents publiés avant 1923, date à laquelle intervient le droit d’auteur. Pour les ouvrages publiés entre 1923 et 1964, les nombreuses fluctuations de la loi ont abouti à un grand flou du droit d’auteur et à une prolifération d’oeuvres dites « orphelines », sans ayants droit connus. Il faudrait donc que le Congrès vote une loi qui nous préserve des litiges sur ces livres épuisés auxquels on donnerait une nouvelle vie. »Robert Darnton

Au Etats Unis les choses sont déjà compliquées, mais elles le sont encore plus ici en Europe, avec des législations différentes pour chaque état, la législation Européenne et le droit international. Ainsi même si les Etats Unis arrivent à créer une bibliothèque numérique universelle légalement, accèder à celle-ci en Europe serait en partie illégale. Par exemple La Machine à voyager dans le temps de HG Wells se trouve dans le domaine public aux Etats Unis et au Canada, alors qu’il ne l’est toujours pas ici en Europe. On ne pourra pas nous dire que HG Wells malgré tout le respect que je lui dois, a encore besoin d’être rémunéré pour cette oeuvre !

« La démocratisation du savoir est en route, grâce au numérique. Je ne suis pas naïf, la société ne va pas, d’un coup, devenir égalitaire, et les élites ne disparaîtront pas. Mais la révolution Internet me rend optimiste quant aux possibilités d’éducation et d’expansion des connaissances. »Robert Darnton

Pour que cette démocratisation se fasse, il faudra en passer par une mobilisation des bibliophiles et ne pas laisser le champs libre aux sociétés d’édition du livre qui ont pour la plupart une vision étriquée du potentiel de la numérisation du livre. Et s’ils ne veulent pas reproduire les déboires catastrophique de l’industrie du disque, je leur déconseilles fortement de s’investir dans des systèmes fermés verrouillés par des DRM avec des formats propriétaires exclusivement réservés à un seul support (liseuse). A nous de leur montrer la voie.

Mithrandir79

1 commentaire

Kindle et autres e-Reader la France toujours à la traîne

19 octobre 2010 | Catégorie : eBooks

Le train est en marche, la numérisation des livres sera de toute évidence la prochaine révolution du net. Aujourd’hui même les plus sceptiques ont de moins en moins d’arguments à offrir contre le livre numérique. Les nouvelles technologies d’encre numérique aidant, la lecture de e-Books est de plus en plus proche de celle d’un livre papier. Partout dans le monde les e-Reader à l’instar du kindle se développent à vitesse grand V, partout non, un petit pays peuplé d’irréductibles Français fait de la résistance.

kindle 3

Le Kindle d’amazon s’est vendu déjà à plu 3 millions d’exemplaires dans le monde et le chiffre est en progression de +40% par rapport à l’an dernier. Le kindle est pourrait-on dire le iPhone des e-Readers. Son succès est avant tout dû au catalogue impressionnant de 300 000 titres (en anglais principalement) qu’amazon met à disposition de ses lecteurs. Le petit bémol à apporter à ce e-Reader est sans doute l’utilisation de DRM sur les titres achetés chez Amazon. Cependant il reste compatible avec les fichiers PDF DOC et ePUB.

Pourquoi ne trouve-t-on pas d’e-Readers sur les étales français des vendeurs de produit Hi-tech ? Pourquoi le iPhone arrive aussi bien à pénétrer le marcher français alors que le Kindle reste tout juste une curiosité de geek ? Il y a une réponse à cela, le catalogue de livre numérique français est extrêmement dérisoire. Du coup pourquoi acheterai-t-on un e-Reader sans avoir de livre à lire dessus ? Le blocage viens essentiellement des maisons d’éditions françaises qui sont des plus réfractaires à tous ce qui touche aux numériques. Amazon et d’autres plateformes de ventes en ligne d’e-Books n’arrivent pas à s’entendre sur les droits de diffusions sur le territoire français.

La France a pris déjà 3 ans de retards sur les Etats-unis, l’Angleterre, l’Allemagne, le Japon etc… La douche froide pour les maisons d’éditions françaises se fera sentir dans les quelques années à venir lorsque le piratage des livres numériques se démocratisera. Faute de n’avoir pas su négocier le virage du numérique à l’instar de l’industrie du disque, les maisons d’éditions réclamerons des lois répressives pour préserver leur modèle d’édition obsolète.

Il faut comprendre que le livre numérique n’est pas un concurrent directe au livre papier. La complémentarité de ces deux formats ne fait aucun doute. Le plaisir de posséder le livre papier pour le lire tranquillement chez soi est tout autant indiscutable que de posséder une petite bibliothèque numérique dans sa poche permettant de relire à l’envie un poème de Rimbaud ou encore un roman de Boris Vian en quelques lieux que ce soit. Nous nous plaignons aujourd’hui que les « jeunes » ne lisent plus. Quel moyen fantastique que de les amener à la lecture par la technologie qu’ils apprécient tant.

Bref, notre pays une fois encore fait les mauvais choix pour de mauvaises raisons. Imaginez à l’époque de Gutenberg si les moines copistes avaient réussi à stopper l’industrie d’impression (l’auraient-ils pu ?). Nous sommes face au même type de révolution dans la diffusion des Oeuvres écrites. Nous passons dans un nouveau siècle où la dématérialisation laisse place aux flux et à la communication entre individu, c’est inéluctable.

Mithrandir79

Les commentaires sont désactivés pour ce billet

Ebooks, où se les procurer…

6 septembre 2010 | Catégorie : eBooks

En vue de terminer mon dossier sur la numérisation des livres, je me suis penché sur les sites donnant accès à des eBooks sur des sites payants ou gratuit.

>> Voici une petite liste loin d’être exhaustive <<

  • Ebooks libres et gratuits : Ici vous trouverez des eBooks d’excellente qualité d’oeuvres tombés dans le domaine public. Une bonne partie des classiques français s’y trouve, Victor Hugo, Jules Vernes, Emile Zola, Jean de La Fontaine etc… Cela offre une bonne occasion de lire ou de relire des classiques sans se ruiner à acheter une pléiade. Les formats proposés sont très diversifiés PDF, ePUB, HTML, DOC et MobiPOCKET. (Astuce: Le site permet un nombre limité de téléchargement en 24h, ceci pour bloquer les robots de téléchargement en bloquant l’IP qui dépasse la limite. Pour passer outre cette limite il suffit de redémarrer son modem, une nouvelle adresse IP vous sera attribuée par votre FAI (Fournisseur d’Accès Internet) et vous pourrez ainsi continuer à compléter votre collection.)
  • La bibliothèque électronique du Québec : Ce site propose des oeuvres françaises et québécoise libre de droit ou tombé dans le domaine public. La qualité de la numérisation est très bonne et permet d’avoir un bon complément au précédent lien cité. Les formats proposés sont le PDF et l’ePUB.
  • In Libro Veritas : Ce site distribue des livres numériques sous licence libre LAL ou crative common. Mais ce site propose aussi un service d’édition papier à compte d’auteur. Les eBooks de ce site sont très récents avec une facture professionnelle d’excellente qualité. Le format proposer est généralement le PDF.
  • Numilog : Celui-ci propose des eBooks gratuits récents (souvent des versions antérieures à celle actuellement en vente au format papier) il est aussi possible d’acheter les eBooks de chez Dunod, Eyrolles, ou encore Wordiz. (même si les prix qui équivalent à la version papier ne pas très attrayant). Le format proposé est uniquement le PDF si on excepte les audio-livres.
  • Gallica bnf : Ce site de Bibliothèque Nationale de France propose des manuscrits originaux (scans de qualité très moyenne). Les eBooks ne sont pas facilement accessible et la recherche est très fastidieuse. Et quand il y a des OCR ils ne sont pas relus et truffés de fautes de frappes. Donc je déconseille fortement ce site pour avoir des lectures de loisir. Sont champs d’action est réservé aux étudiants désirant accéder aux manuscrits des autaurs.
  • Gutenberg Project : A l’origine c’est un projet international en vue de numériser un maximum d’oeuvres tombés dans le domaine public dans un maximum de langues différentes. Tous les livres proposés ici se trouvent en format texte sans mise en forme. Donc le confort de lecture est limité.
  • Team Alexandriz : Même s’il est à la limite de la légalité ce site à le mérite de réaliser des eBooks d’assez bonne facture. Donc je vous conseil de disposer de la version papier officiel du livre avant de télécharger les eBooks de ce site. On y trouve essentiellement des romans de Science-Fiction, Fantasy et quelques best-sellers. Les eBooks sont à télécharger sur Megaupload sous forme de paquets RAR. Ils contiennent les formats DOC, PDF, ePUB, HTML du livre téléchargé. Les livres sont assez confortables à lire malgré quelques fautes de frappes de ci de là mais rien de très gênant. (pour megaupload il existe aussi une limite de téléchargement, faites comme précédemment, redémarrez votre modem et le tour et joué.)

Pour les eBooks étrangers Anglais, Espagnol et Italien les sites sont assez nombreux pour les trouver facilement sur google.

J’espère que vous trouverez votre bonheur parmi ces sites. En sachant que si vous voulez les derniers best-seller qui vient de sortir en format numérique vous serez obliger de passer par du P2P en toute illégalité (et encore ce n’est pas certains que vous le trouviez). Les éditeurs réfractaires aux livres numériques sont en train de reproduire les mêmes erreurs que l’industrie du disque en freinant le passage au numérique. S’il n’occupe pas le terrain aujourd’hui, demain ce sera les lecteurs qui se débrouilleront pour avoir à disposition des livres au format numérique, que ce soit légale ou pas.

Attachez une attention particulière aux licences avant de télécharger une oeuvre, assurez-vous que vous avez le droit de la téléchargé (si l’oeuvre est libre de droit ou dans le domaine public), ou que vous ayez acheté une copie de l’oeuvre si elle sous licence copyright. Les auteurs ont besoins d’être rémunérés, même si les grandes maisons d’édition ne mériteraient de l’être que lorsqu’ils feront leur boulot correctement d’éditeur (j’attends par là, il serait temps d’élargir l’offre des livres au nouveaux formats numériques).

Mithrandir79

1 commentaire